Nos actus

GAFA : notre liberté réside dans les données

GAFA : notre liberté réside dans les données

Dans une tribune pour Marianne, notre vice-président Edouard Fillias explique que, face aux GAFA, le rôle de l’Etat est de donner de nouveaux droits aux utilisateurs afin de protéger leurs données.

 

Edouard commence son propos en reconnaissant les bienfaits extraordinaires qu’apportent les GAFA. Ces derniers sont souvent vilipendés mais tout entrepreneur sait ce qu’il doit à ces entreprises et à la révolution numérique. Néanmoins, il admet que les GAFA posent aussi des interrogations car ils ne demandent pas la permission d’entrer dans notre quotidien ou de le transformer en profondeur. A l’heure de l’IA et du nudge, la puissance de ces plateformes interroge notre libre-arbitre.

En outre, constatant que les GAFA ont déjà gagné la partie technologique, Edouard se demande si une régulation est encore possible. Pour les tenants de l’Etat, cette régulation des GAFA est d’abord un enjeu fiscal. Toutefois, une taxation particulière des géants du numérique ne fonctionnera pas car les GAFA, en situation potentielle de monopoles, offrent des services dont on ne peut se passer.

Nous ne pouvons accepter que notre libre-arbitre soit placé sous tutelle d’une influence, qu’elle soit politique, religieuse ou technologique.

Pour ce qui est de la politique de protection des données, le RGPD (Règlement général sur la protection des données) est une législation utile mais présente le défaut de ne pas responsabiliser l’individu et de récompenser dans la compétition ceux qui y échappent, c’est-à-dire les GAFA

Quant aux réflexes libéraux classiques, Edouard estime qu’ils sont limités. Il pense en effet que le projet de réglementation anti-trust de Facebook est à contre-temps. Il souligne également que la politique RGPD ou la CNIL va dans le bon sens mais créée la menace d’une hyper judiciarisation d’internet pouvant entraîner une blocage de l’innovation.

La patrimonialité des données personnelles est une des solutions les plus innovantes car nos datas sont une extension de nous-mêmes et nous devons disposer des droits associés à leur usage en toute conscience.

Edouard prône ainsi de revenir au socle de nos libertés pour inventer l’avenir. C’est « la liberté de conscience et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » qui doivent guider nos pas. De ce fait, la patrimonialité des données personnelles est une des solutions les plus innovantes car nos datas sont une extension de nous-mêmes et nous devons disposer des droits associés à leur usage en toute conscience.

Il faut en effet chercher la construction d’un nouveau rapport entre l’Etat protecteur, et garant de libertés, et l’individu souverain. D’où la pertinence de la patrimonialité des données personnelles, élément de réponse d’inspiration libérale aux enjeux du monde disrupté.


Pour lire la tribune d’Edouard Fillias « Face aux GAFA, nos données sont notre liberté » cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Mes data sont à moi », cliquer ICI.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu