Nos actus

Une usine qui ferme fait plus de bruit qu’une usine qui ouvre

Une usine qui ferme fait plus de bruit qu’une usine qui ouvre

Dans sa chronique pour L’Opinion, notre directeur Maxime Sbaihi revient sur la nécessité de dissocier les secteurs industriels français qui se portent bien de ceux qui se portent mal, et de se focaliser davantage sur la création d’emplois – en hausse – que sur la destruction naturelle d’autres emplois.

 

C’est sans doute le pessimisme français qui nous pousse à nous focaliser sur les débâcles de notre industrie, plutôt que sur ses succès et ses projets. Lorsqu’un site industriel s’apprête à fermer, ce sont les syndicats, les politiques et les journalistes qui se mobilisent pour crier au scandale.

Mais personne ne parle des secteurs dans lesquelles nous excellons : le luxe, la chimie, la pharmacie. Personne ne parle non plus de tous les emplois crées par l’industrie française, bien plus nombreux que les emplois supprimés. Une usine qui ferme fait plus de bruit qu’une usine qui ouvre, mais ce n’est pas représentatif de la réalité de notre économie.


Pour lire la chronique de Maxime Sbaihi « L’industrie qu’on entend et qu’on entend pas » cliquer ICI.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Tribunes
Videos
Charger + d'actu