Nos actus

Revenu universel : à quand une expérimentation sérieuse de financement ?

Revenu universel : à quand une expérimentation sérieuse de financement ?

L’Allemagne se lance dans une nouvelle expérimentation de revenu universel après celle de 2014. Pour GenerationLibre, Inès Tajeddine en analyse les modalités à partir de notre propre proposition.

 

Après plusieurs expérimentations de revenu universel en Finlande, au Kenya ou encore aux Etats-Unis, de nouveaux modèles d’expérimentation voient le jour, dopés par la crise sanitaire. Jusqu’à présent, les expériences peinaient à parvenir à des conclusions sur l’efficacité du revenu universel, faute d’avoir trouvé une méthode d’analyse scientifique optimale, ou d’en explorer tous les paramètres. L’Allemagne s’est lancée mi-août dans une expérimentation d’un véritable revenu universel qui permettra peut-être de tirer de nouvelles conclusions.

Depuis la publication d’un premier rapport « LIBER, un revenu de liberté pour tous » en 2014, GenerationLibre bataille pour faire avancer l’idée du revenu universel dans le débat public et auprès des décideurs. Une idée qui a inspiré la proposition de création d’un « socle citoyen » dans un appel publié dans L’Obs le 4 mai 2020 à l’initiative conjointe de l’économiste Marc de Basquiat, expert du think-tank GenerationLibre et président de l’AIRE, la députée Valérie Petit et le philosophe Gaspard Koenig. Un texte soutenu par plus de 80 personnalités dont 45 parlementaires.

L’association militante « Mein Grundeinkommen » avait mené une expérience de revenu universel en 2014 qui n’avait pas de vocation scientifique, les volontaires tirés au sort n’étant pas tenus de communiquer leur retour sur expérience. L’association finance aujourd’hui une expérimentation menée par le Deutsches Institut für Wirtschaftsforschung (DIW) avec l’objectif d’évaluer les effets d’un revenu universel sur la psychologie des individus et sur leurs comportements. L’échantillon sera composé de cent-vingt individus qui recevrons 1200€ par mois pendant trois ans sans contrepartie. Ils seront comparés à leurs 1380 jumeaux statistiques.

« Le projet allemand se rapproche du principe du LIBER : constituer un filet de sécurité à même d’offrir la capacité à chacun de choisir sa vie une fois assuré de subvenir à ses besoins. »

Contrairement à l’expérimentation finlandaise qui portait sur un revenu de base en étudiant un échantillon composé de deux mille chômeurs, la méthode allemande permet d’observer les effets du revenu universel sur toutes les catégories socio-économiques de la population. A noter qu’en Finlande, si les bénéficiaires n’ont pas tous retrouvé le chemin de l’emploi, des effets positifs significatifs sur leur santé et leur niveau de stress ont été observés. Le projet allemand se rapproche du principe du LIBER : constituer un filet de sécurité à même d’offrir la capacité à chacun de choisir sa vie une fois assuré de subvenir à ses besoins.

La nouvelle expérimentation allemande se donne l’objectif de pouvoir généraliser ses résultats grâce au choix d’un échantillon représentatif de la société. Les enquêtés devront répondre à un questionnaire tous les six mois (six au total) portant sur divers aspects de leur vie quotidienne : l’emploi, le temps de travail, le niveau de stress, l’alimentation, la santé, l’épargne, etc. Une grande variété d’effets possibles du revenu universel sont ainsi observés, ce qui permet également d’éviter toute imposition de problématique aux participants. L’expérimentation vise à valider ou non le postulat, partagé par la proposition du LIBER, que le revenu universel peut renforcer le pouvoir de négociation des individus qui occupent un emploi peu qualifié.

Cette nouvelle expérimentation allemande présente toutefois de nombreux biais. L’écueil le plus évident réside dans le faible nombre d’individus composant l’échantillon qui empêche de généraliser les résultats obtenus. La dispersion géographique de l’échantillon dans tout le pays rend également la tâche difficile, le postulat de l’efficacité du revenu universel reposant justement sur son caractère universel à l’échelle d’un Etat ou d’un groupe d’Etats. En utilisant la méthode du tirage au sort, les chercheurs rendent impossible tout effet d’interaction ou d’externalité.

Contrairement à l’Allemagne, le Kenya a retenu la méthode du « site de saturation » : au lieu de tirer au sort des individus bénéficiant du revenu du base, les chercheurs ont sélectionné des villages pour former des groupes testés et des groupes témoins. L’effet vertueux du revenu universel sur l’ensemble de la société, comme le prévoit le LIBER, a été observé : les individus ont investi dans l’éducation et les infrastructures. Comme nous le soulignons dans notre rapport, le faible montant du revenu universel – en-dessous du seuil de pauvreté, évite la désincitation au travail.

« Comme beaucoup d’autres, l’expérimentation allemande occulte la question de la faisabilité financière du revenu universel »

Comme beaucoup d’autres, cette expérimentation occulte la question de la faisabilité financière du revenu universel. Alors que la Finlande a expérimenté un revenu universel de 560 euros par mois, l’Allemagne fixe un montant extrêmement élevé, de 1200 euros, grâce à une opération spécifique de crowdfunding. A l’évidence, les résultats seront inexploitables pour la mise en œuvre d’une telle politique à l’échelle nationale puisque ce montant est impossible à financer de manière durable. Si l’Etat de l’Alaska a pu développer un revenu universel viable, rappelons que c’est en s’appuyant sur sa rente pétrolière.

Bien que certains éléments du revenu universel allemand se rapprochent du LIBER, la proposition de Marc de Basquiat présente la particularité de proposer un mode de financement viable. Le LIBER se conçoit comme un crédit d’impôt d’environ 500 euros, versé à tout résident français de manière inconditionnelle, et s’accompagne d’une LIBERTAXE qui remplacerait l’impôt sur le revenu : un prélèvement proportionnel de 30% environ au premier euro gagné par chacun. Le revenu universel de GenerationLibre se présente donc comme une proposition de réforme socio-fiscale aboutie. Si les expérimentations de revenu universel s’attachent à observer ses effets sur la population, trop rares sont les études sur son financement, à l’exception de quelques pays comme le Canada, l’Ecosse, ou la Slovénie.

L’expérimentation a commencé mi-août et en est à sa phase préliminaire. Les candidatures ont été ouvertes pour former l’échantillon. Les critères sont d’avoir plus de 18 ans et d’être domicilié en Allemagne. A ce jour, plus d’un million de personne ont candidaté, un chiffre élevé que les chercheurs attendaient pour novembre. Le premier versement du revenu universel aura lieu au Printemps 2021.


Pour signer notre pétition en faveur d’un socle citoyen, cliquer ICI.

Pour lire notre article « Comprendre le « socle citoyen » – Un revenu universel pour 2021 », cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « LIBER : une proposition réaliste », cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « LIBER : un revenu de liberté pour tous », cliquer ICI.

 

Publié le 25/09/2020.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter