Nos actus

« Le citoyen français a été décrété mineur. » – La DDHC au XXIème siècle

« Le citoyen français a été décrété mineur. » – La DDHC au XXIème siècle

Pour le troisème épisode de sa série sur la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1789, Gaspard Koenig dénonce la soumission de l’individu par un « Etat Nounou » moralisateur.

 

Selon les mots de l’article 4 : « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ». Gaspard en conclue que « la liberté ainsi définie doit également consister à pouvoir faire tout ce qui ne nuit… qu’à soi-même. ». L’article 4 est une règle de droit qui correspond à sa définition classique : elle est générale, impérative et stable dans le temps. Cependant, l’Etat lui fait peu à peu perdre sa portée générale.

« Le citoyen français a été décrété mineur. »

Gaspard dénonce l’aliénation de l’esprit de l’article 4 par un « Etat-Nounou » au fil des années. L’Etat a introduit dans sa jurisprudence puis dans ses règles de droit son rôle de protecteur du citoyen contre lui-même, une dérive culturelle aux yeux de Gaspard. Il donne les exemples de l’obligation du port de la ceinture de sécurité ou encore du lancer de nain interdit par le juge au nom du respect du principe de « dignité de la personne humaine ».

« Ces dernières années ont vu l’extension de la doctrine paternaliste de l’Etat au secteur privé. »

L’Etat a ajouté des limites à la liberté et a laissé cette pratique se propager à travers la société. Gaspard dénonce un « grand nettoyage moralisateur » à l’œuvre dans le secteur privé. Les entreprises s’approprient une éthique et se désolidarisent de toute opinion divergente au détriment de leurs clients et de leurs employés. Selon lui, ce phénomène confond de manière grotesque éthique et loi et conduit l’individu à une « servitude paisible ».


Pour lire la chronique de Gaspard, cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Pour une GPA responsable en France », cliquer ICI.

Pour lire notre note « Cannabis : Pourquoi et comment légaliser », cliquer ICI.

Pour lire notre note « « Objet social » : ne laissons pas le juge moraliser l’entreprise », cliquer ICI.

Pour lire notre article « Dingnité, cellules, data : à la conquête de la propriété de soi ! », cliquer ICI.

 

Publié le 16/09/2020.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter