Nos actus

Gaspard Koenig : « Mark Zuckerberg a raison ! »

Gaspard Koenig : « Mark Zuckerberg a raison ! »

Contrairement à Twitter, Facebook a refusé de censurer les propos de Donald Trump menaçant de tirer sur les pillards. Mark Zuckerberg a confirmé qu’il n’avait pas l’intention de devenir l’arbitre des vérités. Dans les Echos, Gaspard Koenig lui donne raison.

 

Pour Gaspard, nous entrons dans un monde inquiétant, où les acteurs privés sont en passe de devenir les premiers acteurs de la norme sociale et politique. C’est le « modèle Twitter » : faire prévaloir les conditions d’utilisation d’une plateforme numérique privée sur l’expression d’un président démocratiquement élu.

Les critères selon lesquels des propos sont acceptables ou non sont forcément arbitraires, et fluctuent au gré de l’opinion publique. Au contraire, le « modèle Facebook » appelle à une régulation extérieure à lui-même. Dans ce cas de figure, la plateforme et ses algorithmes ne se substituent pas au rôle du juge.

« Ainsi Facebook reste-t-il dans le cadre démocratique de l’état de droit, où les propos tombent sous le coup de la loi et les politiques sous ceux de leurs électeurs. » Gaspard Koenig

Gaspard rappelle que les réseaux sociaux ne sont que de simples intermédiaires qui véhiculent la « matière première de l’information ». Les médias traditionnels doivent plus que jamais jouer le rôle d’arbitre de la vérité, aussi plurielle et fluctuante puisse-t-elle être.

Thomas Jefferson disait, reconnaissant l’importance des contre-pouvoirs, préférer des journaux sans gouvernement à un gouvernement sans journaux. Gaspard préfère quant à lui des journaux sans réseaux sociaux que des réseaux sociaux sans journaux.

« Puisqu’on ne peut étouffer les rumeurs ni interdire la bêtise, on doit les exposer comme telles. » Gaspard Koenig

Gaspard appelle donc à restreindre notre utilisation des réseaux sociaux, qui créent une bulle, un « safe-space », qui filtre à coups d’algorithmes les informations qui confortent notre vision du monde. Il encourage plutôt à s’abonner et à lire les journaux traditionnels, même s’ils nous irritent : il en va de la santé de notre démocratie.


Pour lire l’article, cliquer ICI.

Pour lire notre article « Loi Avia : les algorithmes, nouveaux juges du XXIème siècle ? », cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Pour rétablir la liberté d’expression », cliquer ICI.

 

Publié le 10/06/2020.
Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter