Nos actus

« Voulons-nous de ce monde « libre » où tout est sous contrôle ? » Gaspard Koenig

« Voulons-nous de ce monde « libre » où tout est sous contrôle ? » Gaspard Koenig

Dans Les Echos, Gaspard Koenig préconise un libéralisme fondé sur l’autonomie individuelle et le respect de l’anonymat plutôt que sur la maximisation de l’utilité collective : un « libéralisme soutenable » contre le néolibéralisme.

 

Votre vision de l’avenir indique quel genre de libéral vous êtes. Gaspard prend l’exemple d’un dossier publié par The Economist qui décrit le futur du transport aérien. Le journal semble se féliciter d’un avenir proche où votre passage à l’aéroport sera automatiquement géré par une panoplie d’applications.

Géolocalisation, état de santé et paramètres biométriques seront la clé d’un nouveau confort où l’individu n’aura qu’à scanner un code pour embarquer. Chacun de nos gestes, chacune de nos envies seront bientôt guidés.

Pour Gaspard, cette vision utilitariste du progrès, fondée sur une véritable course à l’innovation, représente une descente aux enfers.

« La collecte de vos données permettra de mieux cerner vos habitudes et vos préférences, améliorant encore davantage votre expérience utilisateur à votre prochain passage.  »

Maximiser l’utilité collective. Tel est l’adage du « monde d’après » promis par les leaders du secteur aérien. Un objectif néolibéral, tel qu’analysé par Michel Foucault et Shoshana Zuboff, qui entraîne une « gouvernance du contrôle » dans laquelle l’efficience des marchés avance de pair avec la surveillance des États. Une tendance que la pandémie renforce plus que jamais.

Face à ce scénario, Gaspard distingue deux réactions. Si cette description du progrès vous convient, alors vous êtes un adepte involontaire du néolibéralisme. Dans le cas contraire, vous êtes potentiellement plus réceptif à l’idée d’un libéralisme soutenable.

« Le néolibéralisme développe une gouvernance du contrôle fondée à la fois sur l’efficience des marchés et la surveillance d’État »

Gaspard pense que, sans tomber dans la décroissance, une alternative à ce scénario est nécessaire. Pour cela, il faut repenser le libéralisme. C’est l’objet du dernier ouvrage de Claude Gamel publié aux éditions PUF. Avec « Esquisse d’un libéralisme soutenable », le libéralisme est fondé sur l’autonomie individuelle et le respect de l’anonymat.

Gaspard estime qu’il est temps de profiter du temps ralenti de l’épidémie pour penser autrement. En mêlant culture philosophique et savoir économique, Claude Gamel nous livre le fruit d’une vie de réflexions, qui pourra servir de guide à de nouvelles générations d’intellectuels au service de la liberté. Pourquoi ne pas en profiter ?


Pour lire la chronique de Gaspard Koenig, cliquer ICI.

Pour consulter l’ouvrage de Claude Gamel, cliquer ICI.

 

Publié le 17/02/2021.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter