Nos actus

Une fiscalité écologique acceptable ?

Une fiscalité écologique acceptable ?

Seuls ceux qui en comprennent les enjeux peuvent librement consentir à payer l’impôt. Devant la volonté du gouvernement d’instaurer une nouvelle taxe sur les carburants, notre expert François-Xavier Oliveau s’interroge dans une tribune pour le Figaro : comment exiger des contribuables un effort supplémentaire quand le produit de cet effort ne leur est pas rendu ? Si, pour l’auteur de l’ouvrage Microcapitalisme (lire ICI), un prélèvement obligatoire doit être à la fois clair, neutre et équitable, alors la fiscalité écologique actuelle est à remettre en question. 

 

Le constat est là : loin de revenir aux ménages et de participer à l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, l’argent généré par l’ensemble des taxes écologiques sert en fait à pallier les défaillances d’un État en situation de déficit chronique. En outre, elles font peser un poids économiquement infondé sur les épaules de certains consommateurs.

Là où, selon François-Xavier Oliveau, une taxe carburant, indexée sur le coût environnemental réel des gaz à effet de serre, devrait s’élever à 12 centimes par litre de gazole, la TICPE correspond aujourd’hui, en Île de France, à 62,64 centimes du prix du litre.

Le gouvernement a des comptes à rendre pourrait-on résumer. Notre expert nous avertit : une fiscalité efficace doit être incitative plutôt que coercitive, préservant aussi bien l’équilibre écologique que celui de nos finances.

 


Pour lire la tribune « Les Français accepteraient une fiscalité écologique équitable, neutre et claire », cliquer ICI.

Pour retrouver l’ouvrage de notre expert « Microcapitalisme, vers un nouveau pacte social ? », cliquer ICI.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Tribunes
Videos
Charger + d'actu