Nos actus

Travail du sexe : organiser plutôt qu’interdire

Travail du sexe : organiser plutôt qu’interdire

À quand une séparation de la loi et de la morale ? Encore raté pour cette fois. Ce matin, le Conseil constitutionnel a validé la pénalisation des clients des travailleurs du sexe. C’est la confirmation de la volonté paternaliste de l’État : interdire ce qui est jugé immoral. Une mesure pourtant décriée car contre-productive dans la lutte contre la criminalité, comme le dénonçait Gaspard Koenig l’an passé.

 

Les clients des travailleurs du sexe restent passibles d’une amende en France. La loi du 13 avril 2016 a été jugée conforme à la loi fondamentale par le Conseil constitutionnel, rejetant les arguments d’associations qui dénoncent une atteinte à la liberté d’entreprendre et à la liberté sexuelle. Et une mesure contre-productive pour la sécurité et la santé des travailleurs. Pourtant, comme l’a dénoncé Gaspard Kœnig en avril dernier (à lire ICI) : “la prohibition est la meilleure alliée du non-droit, de la souffrance et de l’exploitation”.

L’Etat se charge de nous indiquer les chemins et les bonnes consciences à suivre, restreignant ainsi les libertés des “intéressés” et pénalisant les travailleurs du domaine. Face à un encadrement si restrictif, non seulement l’offre ne s’est pas réduite mais le travail s’est précarisé.

Dans une préface au texte de Lysander Spooner, « Les vices ne sont pas des crimes« , Gaspard Konig soutient que la mise en place d’un revenu universel permettrait à chaque travailleur du sexe de choisir son activité : en dehors d’une contrainte économique trop forte et avec l’assurance de ne jamais tomber dans la grande pauvreté.


Pour lire la chronique de Gaspard Koenig « Prostitution : les tragiques ratés d’une loi« , cliquer ICI.

Pour retrouver la préface de Gaspard Koenig au texte « Les vices ne sont pas des crimes » de Lysander Spooner, cliquer ICI.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Tribunes
Videos
Charger + d'actu