Nos actus

Télétravail : « Les pyjamas ne sont pas aussi douillets qu’ils en ont l’air. »

Télétravail : « Les pyjamas ne sont pas aussi douillets qu’ils en ont l’air. »

Dans l’Opinion, Maxime Sbaihi s’intéresse au télétravail, plébiscité en temps de Covid-19, qui risque de conduire à une délocalisation des emplois qualifiés.

 

Le confinement total passé, le Gouvernement continue de prôner le recours au télétravail dans la lutte contre la Covid-19. Pour Maxime, cette nouvelle organisation du travail a de fortes chances de se généraliser et d’entrainer la délocalisation de cols blancs.

« En actant le divorce entre activité et bureau, le télétravail ne risque-t-il pas d’étendre leur séparation géographique au-delà des frontières ? »

Maxime souligne que le risque de délocalisation par le télétravail est analysé depuis son utilisation à grande échelle. Dans ses travaux,  Richard Baldwin montre que le télétravail met en place une concurrence des emplois qualifiés occidentaux avec une « armée mondiale de télé-migrants ».

« La fameuse « troisième ligne » d’Emmanuel Macron qui a pu continuer à travailler en pyjama à la maison risque cette fois de se retrouver en première ligne. »

Maxime rappelle que la délocalisation par le télétravail a déjà été employée par de grands groupes à l’instar de BNP Paribas et Natixis qui ont transféré des emplois qualifiés au Portugal où les coûts salariaux sont moins élevés.

En se voyant imposer le télétravail, « [les entreprises] ont vite réalisé qu’elles pouvaient mieux opérer sans présence physique au bureau ».


Pour lire la chronique de Maxime, cliquer ICI.

 

Publié le 13/10/2020.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter