Nos actus

« Supprimons le contrôle d’identité ! » Gaspard Koenig

« Supprimons le contrôle d’identité ! » Gaspard Koenig

Dans Les Echos, Gaspard Koenig propose de substituer au contrôle d’identité le droit à l’anonymat afin de permettre aux citoyens d’échapper au soupçon permanent et libérer la police d’une mission ingrate.

 

Pour Gaspard, le contrôle au faciès dans certains quartiers est une réalité. L’idée suggérée par Claire Hédon, Défenseure des droits, d’expérimenter une « zone sans contrôle d’identité » pour lutter contre les discriminations devrait être élargie à l’ensemble du territoire français. Car ce contrôle déborde aujourd’hui du cadre policier. Il est même accentué par les outils numériques.

« Ce sont les individus libres qui, à travers le contrat social, donnent une légitimité à la police et non celle-ci qui détiendrait un privilège sur leur identité. »

Gaspard s’interroge sur la nécessité du contrôle d’identité dans le cadre d’un régime démocratique. Permet-il réellement de garantir le droit ? Respecte-t-il la présomption d’innocence ? Sauf infraction, pourquoi l’individu devrait-il être systématiquement identifié ?

« Le droit à l’anonymat permettrait d’inverser la charge de la preuve et d’échapper au soupçon permanent qui pèse aujourd’hui sur le citoyen comme sur l’internaute. »

Gaspard estime que toute action légale devrait pouvoir être réalisée sans justification d’identité. En cas d’action illégale, l’anonymat doit pouvoir être levé. Par exemple, s’agissant des comptes anonymes sur les réseaux, Gaspard dit oui aux pseudos, non à l’impunité. Pour Gaspard, l’anonymat répond à un besoin urgent de liberté alors que la dystopie du contrôle se rapproche.


Pour lire la chronique de Gaspard Koenig, cliquer ICI.

 

Publié le 24/02/2021.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter