Nos actus

Santé – Égalité – Fraternité. Et la liberté ?

Santé – Égalité – Fraternité. Et la liberté ?

Dans l’Opinion, Maxime Sbaihi s’inquiète que la santé s’installe durablement dans l’ordre des priorités collectives au détriment de la liberté individuelle. 

 

Maxime regrette que le renoncement à nos libertés fasse l’objet d’un accommodement toujours plus fort de l’opinion public. Avec la crise sanitaire, l’ordre des prioriés s’est vu bouleversé. La santé est placée au dessus de toute préoccupation.

« Les dégâts provoqués par les restrictions de liberté imposées au nom de la santé abiment la santé. »

À l’appui des propos du philosophe André Comte-Sponville, Maxime rappelle que « la santé est un bien et non une valeur ». Si son accès doit être garanti, il revient à l’individu de protéger ce bien. Pourtant, depuis le début de la pandémie, il a été décidé de prolonger des vies, plus que de les sauver, au risque d’abîmer la santé psychologique de toute une population.

« Faire passer la santé avant la liberté, la vie longue avant la vie intense, est un renoncement qui risque de devenir une habitude se renforçant à la moindre menace. »

Maxime estime que le choix de la longévité comme critère de décision « est un parti pris philosophique devenu administratif ». Il déplore que la peur du risque ait fait passer la santé avant la liberté. Cette habitude, mêlée à un usage exessif du principe de précaution ainsi qu’à une infantilisation des citoyens, crée un risque certain : celui de vivre durablement dans une société hygiéniste.


Pour lire la chronique, cliquer ICI.

 

Publié le 27/04/2021.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Influence
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter