Nos actus

RSE : quand l’uniformité et la morale deviennent des outils marketing

RSE : quand l’uniformité et la morale deviennent des outils marketing

Pour Gaspard Koenig, la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) débouche sur des campagnes de publicité hypocrites, et menace de tuer l’éclectisme des acteurs économiques privés au profit d’une uniformité bien-pensante.

 

Face à la tribune de grands PDG américains prenant parti pour la RSE, Gaspard s’étonne de voir les pontes du capitalisme ajouter à l’objet même de l’entreprise une dimension morale. Sans nier à l’entreprise le droit d’endosser un rôle sociétal, il refuse d’y voir une responsabilité et s’oppose à l’émergence d’une RSE aux allures de police morale.

Cette moralité est par essence biaisée. Elle diaboliserait les petits acteurs n’ayant pas les moyens d’agir dans ces domaines, tout en permettant aux grands de s’acheter une vertu de façade, détournant le regard du grand public de leurs activités néfastes.

En confiant la RSE à l’acteur privé, les Etats avouent l’échec de leurs politiques sociétales, et laissent des acteurs non-élus redéfinir la notion de « bien ». Gaspard clôt sa chronique en plaidant contre la soumission l’entreprise aux mœurs du plus grand nombre, qui signerait la fin des excentricités individuelles permises par le caractère libre du marché.


Pour lire la chronique de Gaspard Koenig « Le RSE ou le retour de l’ordre moral », cliquer ICI.

Pour lire notre rapport sur « l’objet social de l’entreprise », « Ne laissons pas le juge moraliser l’entreprise », cliquer ICI.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Tribunes
Videos
Charger + d'actu