Nos actus

Pour une écologie libérale

Pour une écologie libérale

Dans Les Echos, Gaspard Koenig lit chez Attenborough et Tocqueville les clefs d’une écologie libérale alliant développement scientifique et investissement économique. 

 

Gaspard décrit le sentiment de regret que nous inspirent les documentaires du naturaliste David Attenborough. Emerveillé par ses images d’une nature complexe, le spectateur ne peut que se désoler de la destruction des écosystèmes par l’action humaine. Gaspard retrouve ce sentiment de regret chez Alexis de Tocqueville qui anticipait déjà la destruction de la nature sauvage du Michigan par la course vers le progrès. 

« Tocqueville, aussi prescient sur l’écologie que sur la politique, imagine avec deux siècles d’avance le sentiment de culpabilité qu’Attenborough nous inspire en images. »

Gaspard souligne le point commun entre Tocqueville et Attenborough : s’ils regrettent l’aliénation de l’environnement par l’action humaine, ils ne prêchent pas pour autant la décroissance, conscients que le progrès humain est inéluctable. 

« La liberté a un coût qu’aucun indice de développement ne saurait nous faire oublier. Cependant, regretter n’implique pas de régresser. »

Pour Gaspard, c’est par le progrès que l’homme peut corriger son action, comme le suggère David Attenborough en concluant sa dernière série de documentaires par un tour d’horizon des prouesses technologiques au service de l’environnement. La recette d’une écologie libérale réside donc dans notre capacité à mettre le progrès au service de la protection de l’environnement.  


Pour lire la chronique, cliquer ICI.

Pour lire notre article : « Écologie : une solution européenne de marché », cliquer ICI.

 

Publié le 13/01/2021.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter