Nos actus

[Lu Ailleurs] : « L’exception est devenue la norme » Ardavan Amir-Aslani

[Lu Ailleurs] : « L’exception est devenue la norme » Ardavan Amir-Aslani

Dans l’Opinion, Ardavan Amir-Aslani, avocat et essayiste, déplore un glissement durable de l’État dans l’autoritarisme.

 

Ardavan Amir-Aslani explique que les différentes mesures prises pour lutter contre la pandémie témoignent d’un alourdissement de l’arsenal juridique de l’État pour restreindre les libertés. Ce processus, enclenché dans le cadre de la lutte contre le terrorisme depuis 2015, se poursuit aujourd’hui dans le champ sanitaire. Le régime de l’état d’urgence n’est plus exceptionnel.

« C’est la réaction face à l’émotion de l’opinion publique qui gouverne désormais la mise en place des politiques publiques (…) Ce faisant, le pouvoir devient ainsi esclave du médecin. »

Ardavan Amir-Aslani pense que l’État gère la crise de manière autocratique et centralisée. Le  « Conseil de Défense » s’est substitué au Parlement. La légitimité de ces mesures est assurée par des experts et non plus par la représentation démocratique.

« Nos sociétés refusent de plus en plus le risque et l’inéluctabilité de la mort, préférant renoncer à leurs libertés effectivement fondamentales au profit d’une sécurité illusoire. »

Ardavan Amir-Aslani regrette que l’État ait préféré le monopole de la violence légitime à la mise à disposition de moyens aux hôpitaux. Favorisée par la technologie, la surveillance de masse est accueillie par une indifférence générale de la population. Que restera-t-il de nos libertés après la pandémie ?

 


Pour lire la tribune, cliquer ICI.

Pour consulter notre Observatoire des Libertés Confinées, cliquer ICI.

 

Publié le 18/03/2021.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter