Nos actus

[Lu Ailleurs] : « L’écologie politique est loin de n’être qu’un programme environnementaliste » Olivier Galland

[Lu Ailleurs] : « L’écologie politique est loin de n’être qu’un programme environnementaliste » Olivier Galland

Dans Telos, Olivier Galland analyse l’écologie politique et son rapport à la démocratie avec un prisme hayékien.

 

Olivier Galland pense que le programme proposé par l’écologie politique est anti-capitaliste et anti-individualiste. Cette vision repose sur un changement radical alors même qu’elle tire parti du consensus de l’opinion public sur la préservation de l’environnement.

« Le problème avec l’écologie politique c’est qu’elle entend changer fondamentalement les modes de vie et les modes de consommation. Elle dépasse la cause environnementale.  »

L’écologie politique dénonce le capitalisme et promeut la modification en profondeur de la société par la planification. Une vision qu’Hayek appelle le « planisme ». Olivier Galland estime que l’écologie politique est anti-individualiste car elle veut « changer de logique sociale et de système de valeurs ».

« Un projet politique fondé sur un plan total d’orientation ou de réorientation de la société dans tous les domaines ne peut trouver l’accord de tous sauf à rester vague sur le but à atteindre. »

Olivier Galland déplore un rapport ambigu de l’écologie politique à la démocratie. Le but à atteindre n’est pas toujours bien défini et ne suscite pas l’accord de tous les citoyens. La démocratie dite « directe »  n’est en fait qu’un moyen pour couper court aux procédés représentatifs qui ne pourraient débattre d’un objectif aussi flou. Un tel projet politique représente un risque non négligeable pour les libertés individuelles.


Pour lire l’article, cliquer ICI.

 

Publié le 05/04/2021.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Influence
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter