Nos actus

[Lu Ailleurs] La démocratie menacée

[Lu Ailleurs] La démocratie menacée

Dominique Schnapper analyse le débat entre Alain Finkielkraut et François Sureau sur l’état de la démocratie en France. Deux visions différentes des menaces qui pèsent sur notre modèle politique.

 

Aux yeux de la sociologue, Alain Finkielkraut incarne le républicain dans ce débat. Il s’inquiète d’un affaiblissement de l’autorité de la puissance publique qui cède aux exigences de reconnaissance identitaire. Le philosophe déplore un délitement de la société qu’il attribue notamment à une immigration incontrôlée qui agrègerait à la nation des groupes qui en refusent la tradition.

« Pour Alain Finkielkraut, la démocratie actuelle souffre avant tout de l’extension illimitée des droits-créances aux dépens du respect de la loi républicaine et de la volonté politique. » 

Dominique Schnapper souligne que si François Sureau parvient aux mêmes constats sur la situation de la démocratie, il leur donne un sens différent sous le prisme libéral. Contrairement à Alain Finkielkraut, les inquiétudes de François Sureau s’articulent autour de la réaction liberticide de l’Etat face aux dangers et aux crises. Il déplore notamment un usage surdimensionné de la garde-à-vue durant la crise des Gilets jaunes.

« Les dangers auxquels nous faisons face ne doivent pas nous conduire à remettre en question les principes essentiels du droit libéral, même de manière provisoire. »

Dominique Schnapper appelle à surmonter cette opposition. Selon la sociologue, la situation démocratique française s’explique par un déséquilibre entre le principe d’égalité et de liberté.

« La tradition démocratique en France a toujours eu un problème avec la liberté. »

Elle livre son analyse d’un fourvoiement de l’Etat qui cherche en vain à résoudre des crises sociales par la loi. Elle souligne que la loi ne peut que « limiter certaines expressions publiques de cette défiance » au risque de se montrer autoritaire.

En se fondant sur les constats des deux philosophes, Dominique Schnapper pose finalement une série de questions ouvertes à partir d’une hypothèse toute tocquevillienne : « la dynamique démocratique pourrait, par sa propre logique et par ses propres excès, dénaturer le projet démocratique lui-même. »


Pour lire l’article de Dominique Schnapper, cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Pour rétablir la liberté d’expression », cliquer ICI.

Pour visiter notre Observatoire des Libertés Confinées, cliquer ICI.

 

Publié le 09/10/2020.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter