Nos actus

« Le libéralisme ne dit pas aux SDF qu’il faut monter une start-up. » Gaspard Koenig

« Le libéralisme ne dit pas aux SDF qu’il faut monter une start-up. » Gaspard Koenig

Invité de l’émission « Philosophie » sur Arte animée par Raphaël Enthoven, Gaspard Koenig défend des politiques publiques libérales face à la députée communiste Elsa Faucillon.

 

Loin de l’image d’un libéralisme qui graviterait autour des mondes économique et financier et soutiendrait les puissants, Gaspard rappelle que la Révolution française s’est largement inspirée des idéaux du libéralisme développés dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. En France, les idées libérales ont vocation à « établir un lien direct entre l’Etat et l’individu » grâce à des propositions de politiques publiques.

« Le libéralisme ne dit pas aux SDF qu’il faut monter une start-up. »

Au delà des libertés formelles, Gaspard soutient une vision du libéralisme qui réinjecte l’idée marxiste de liberté réelle. Plutôt que de chercher à diminuer les inégalités, il faut d’abord lutter contre la pauvreté. C’est pourquoi GeneratonLibre défend un revenu unversel d’environ 500 euros qui permettrait de mettre l’individu à l’abri des aléas. Un filet de sécurité monétaire pour couvrir les besoins de base sans paternalisme bureaucratique ni désincitation au travail.

« Je pense que le but de la politique publique est de distinguer complètement la loi et la morale. »

Selon Gaspard, l’Etat doit orienter ses politiques publiques en distinguant loi et morale sans infantiliser le citoyen. A ce titre, Gaspard dénonce la politique prohibitionniste sur le cannabis. C’est l’établissement d’un marché ouvert qui permet une régulation qui n’empiète pas sur les libertés individuelles : la légalisation permettrait donc de favoriser l’information, la prévention, et le choix responsable de chacun.

« Quand on plaque une utopie sur le réel, on crée toujours énormément de souffrance. »

Gaspard met en garde contre les dérives liberticides que peut emprunter l’Etat au nom d’une cause urgente comme l’écologie. Il rappelle que le progrès doit se faire par apprentissages successifs et que les objectifs doivent sans cesse être mis à l’épreuve du réel. Plutôt que de restreindre certaines activités, une politique publique ambitieuse consisterait en la création d’un prix sur le carbone pour donner un coût aux externalités négatives liées aux émissions polluantes.


Pour voir l’émission, cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Liber : un revenu de liberté pour tous », cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Liber : une proposition réaliste », cliquer ICI.

Pour lire notre note « Cannabis : pourquoi et comment légaliser », cliquer ICI.

Pour lire notre article « Et si l’Europe mettait un prix sur les émissions carbone », cliquer ICI.

 

Publié le 08/10/2020.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter