Nos actus

La France de la débrouille

La France de la débrouille

Dans l’Opinion, Maxime Sbaihi loue la France débrouillarde, ces « héros anonymes » qui, à l’abri des polémiques et des incantations sur le monde d’après, pourraient bien être les principaux acteurs de la reconstruction.

 

Depuis le début de la crise, des initiatives individuelles sont venues par milliers porter soutien à des pouvoirs publics souvent dépassés. Au moment où la pénurie de masques menaçait de briser le front formé par les premiers de cordée, des ateliers de couture ont fleuri un peu partout aux quatre coins du pays.

Les Français ont su s’organiser dans ce moment d’incertitude. Des étudiants ont prêté main forte dans les EHPAD, et des masques de plongée Décathlon ont été transformés en masques d’appareils respiratoires.

« La débrouille nous a permis de développer une force de résilience par des chaînes de solidarité aussi instinctives qu’agiles, palliant ainsi les lourdeurs et défaillances de l’administration. » Maxime Sbaihi

Pour Maxime, cette France du « système D », de la débrouille, a refusé l’immobilisme et a fait primer l’action sur la peur. Elle montre que le « génie français » n’est pas seulement une mystique abstraite, mais s’incarne dans le « volontarisme concret et éparpillé de ses citoyens ».

Il serait bienvenu de s’inspirer, dans le futur, de ce qui a fait notre force pendant le confinement. Il faut laisser respirer une société civile trop souvent étouffée par un centralisme infantilisant. Il faut que les politiques et les pouvoirs publics apprennent à faire confiance à ces milliers de « petites mains invisibles ». Plus que des médailles ou des primes, ce signe de reconnaissance serait le meilleur moyen de leur rendre hommage.


Pour lire la chronique, cliquer ICI.

 

Publié le 19/05/2020.
Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter