Nos actus

« In varietate concordia », l’Europe libérale

« In varietate concordia », l’Europe libérale

Dans sa chronique pour Les Echos, Gaspard Koenig défend l’Union européenne face à la menace du nationalisme. Mais sur le modèle libéral et non sur celui de l’Etat tout-puissant. Une vision longuement développée dans un entretien pour Le Grand Continent.

 

Gaspard salue l’effort du président de la République pour plaider en faveur de la souveraineté européenne face à la montée des populismes. Il estime cependant que l’on peut être europhile et en désaccord avec le programme d’En marche qui flirte gaiement avec le dirigisme.

Citant le « discours de Bruges » délivré par Margaret Thatcher, Gaspard met en garde contre la dérive centralisatrice de Bruxelles. Il souligne que continuer dans le sens d’un super-Etat provoquerait le départ des pays membres les uns après les autres.

Pour Gaspard, une autre vision de l’Europe est possible, celle qui a permis de créer de manière ordonnée une zone de libre-échange pour générer peu à peu un espace commun de circulation, de culture et de vie. C’est de cet esprit de subsidiarité dont nous avons besoin aujourd’hui. L’Europe doit être synonyme de diversité et non d’uniformité !


Pour lire la chronique de Gaspard Koenig « L’Europe ne doit pas être un super Etat » cliquer ICI.

Pour lire l’entretien « L’Europe est-elle encore libérale ? », cliquer ICI.

Pour lire notre recueil « Europa : dépasser le nationalisme », cliquer ICI.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Tribunes
Videos
Charger + d'actu