Nos actus

« Il faut assumer l’abondance » Gaspard Koenig

« Il faut assumer l’abondance » Gaspard Koenig

Dans Les Echos, Gaspard Koenig met à l’honneur le dernier ouvrage de François-Xavier Oliveau et appelle à faire de l’abondance un outil de liberté.

 

Gaspard souligne que, même en période de crise sanitaire, l’abondance est partout. Loisirs, argent, matériel, énergie… L’humanité n’a jamais été aussi prospère. Pourtant, elle est aussi victime de son succès.

« Pour penser l’avenir, nous restons prisonniers du paradigme de la rareté, fuyant toujours plus avant dans la consommation et la futilité. »

Si nous ressources sont supérieures à nos besoins, il ne s’agit pas de penser que tout va mal ou que tout va bien. Gaspard revient sur le dernier essai de François-Xavier Oliveau pour mettre en lumière les effets indésirables de l’abondance. Il salue le travail de l’auteur pour réviser la doctrine libérale afin de répondre à la « crise de l’abondance ».

« Pour éteindre cette pulsion suicidaire, il faut rompre avec un obstacle épistémologique hérité de l’ère de la rareté : l’association exclusive entre revenu et travail. »

Plutôt que la décroissance ou la course effrénée à l’efficience, il est nécessaire d’assumer cette abondance. Afin d’en faire un outil de liberté qui ne tire pas un trait sur le capital ou la concurrence, Gaspard reprend trois solutions proposées par François-Xavier Oliveau dans son livre : mettre en place une fiscalité environnementale, favoriser la création monétaire sous forme de « monnaie hélicoptère » et instaurer un revenu universel.


Pour lire la chronique, cliquer ICI.

Pour découvrir notre dernier ouvrage « Esquisse d’un libéralisme soutenable », cliquer ICI.

 

Publié le 31/03/2021.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter