Nos actus

Europe : Macron à l’assaut du mur de l’immobilisme

Europe : Macron à l’assaut du mur de l’immobilisme

Tandis qu’Angela Merkel s’agace qu’Emmanuel Macron secoue l’Europe et l’OTAN dans un entretien pour The Economist, Maxime Sbaihi salue la diplomatie disruptive employée et appelle l’Allemagne à ne pas rester dos au mur.

 

Il semblerait que le torchon brûle entre Emmanuel Macron et Angela Merkel. La conséquence de l’entretien du Président français à The Economist dans laquelle il déclare l’OTAN en état de mort cérébrale, et met en garde l’Europe contre son inaction.

Pour Maxime, la diplomatie offensive tricolore témoigne d’une inversion des rapports de force en Europe. La France, qui a raté plusieurs occasions de s’engager entièrement dans le jeu politique européen, a longtemps laissé son voisin d’Outre-Rhin assumer le rôle de leader qui le met pourtant si mal à l’aise.

Dès 2017, Emmanuel Macron affiche clairement ses ambitions européennes en multipliant les prises de paroles publiques. Il ne cesse de lancer des perches aux Allemands pour qu’ils l’accompagnent dans sa volonté d’avancer. Peine perdue face à une chancelière en fin de règne et qui n’a plus les coudées franches.

Sans soutenir toutes les reformes proposées par Emmanuel Macron, Maxime se félicite toutefois de la volonté de faire réagir l’Europe. Afin de soutenir un nouveau projet européen en phase avec les aspirations françaises, il invite l’Allemagne à se réveiller avant qu’il ne soit trop tard. Alors que le Royaume-Uni se retire, l’Allemagne apparaît comme le seul pays à même de lutter contre le diable français qui se loge, sans faire de détail, dans la taxation et l’harmonisation.


Pour relire la chronique de Maxime Sbaihi dans L’Opinion « France en marche, Allemagne à la traîne », cliquer ICI.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu