Nos actus

Et s’il fallait ne confiner que les plus âgés et les plus vulnérables ?

Et s’il fallait ne confiner que les plus âgés et les plus vulnérables ?

Dans Le Figaro, Maxime Sbaihi appelle à protéger en priorité les personnes vulnérables face à la Covid-19 sans sacrifier l’économie et la jeunesse. 

 

Maxime souligne que si le confinement généralisé de mars était une solution d’urgence face à un virus encore très peu connu, ses conséquences dramatiques devraient aujourd’hui nous faire adopter une gestion de crise plus fine.

« Le confinement généralisé revient à vouloir tuer une mouche avec un bazooka : c’est peut-être efficace mais les dégâts collatéraux sont gigantesques. »

Maxime rappelle que les statistiques de Santé Publique France dévoilent une grande inégalité face aux virus entre les âges. Entre 72 et 82% des hospitalisations en France ont concerné des personnes âgées de plus de 60 ans.

A l’inverse, le confinement fait de nombreuses victimes en accroissant la pauvreté et en creusant la dette, au premier rang desquelles se trouvent les jeunes.

« Notre responsabilité envers nos aînés est aussi matérielle et dicte de continuer à faire tourner le pays. »

Face à cette réalité, Maxime prône une responsabilité collective équilibrée dans le cadre d’une gestion de crise affinée. Un reconfinement ne devrait concerner que les populations les plus vulnérables afin de les protéger du virus tout en assurant un avenir à la jeunesse. Il rappelle que les actifs financent la sécurité sociale et notamment les pensions de retraites.


Pour lire la tribune de Maxime, cliquer ICI.

Pour lire notre article « Europe versus Covid », cliquer ICI.

Pour lire notre nouveau rapport « La retraite quand je veux », cliquer ICI.

 

Publié le 28/10/2020.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter