Nos actus

En finir avec le déficit des retraites

En finir avec le déficit des retraites

Marc de Basquiat et Maxime Sbaihi se sont entretenus avec l’Opinion et Capital pour analyser les conclusions du rapport du Conseil d’Orientation des retraites (COR). Il défendent notre proposition de réforme du système des retraites. 

 

Dans son rapport annuel publié ce jeudi 26 novembre 2020, le COR estime que le niveau de vie des retraités va diminuer par rapport à celui des actifs à long terme. Pour Maxime, c’est la situation actuelle qui est anormale alors que depuis une vingtaine d’années, le niveau de vie des retraités est plus élevés que celui des actifs. 

« Le coût des retraites est de plus en plus élevé pour les actifs. Il faut se poser la question de savoir si on continue à faire peser le poids financier sur les actifs qui devront cotiser plus, si l’on incite à travailler plus longtemps ou si l’on demande un effort aux retraités. » Maxime Sbaihi

Dans l’Opinion, Marc souligne le déséquilibre structurel de notre système. Selon lui, ce déséquilibre provient de notre incapacité en France à mettre en place des actions économiques au service du système des retraites comme le font nos voisins européens. Les réajustements demeurent des décisions politiques. 

« Le problème n’est pas conjoncturel. Nos systèmes de retraite sont condamnés car ils sont structurellement déséquilibrés. Nous allons dans le mur. » Marc de Basquiat

Marc explique que notre proposition de réforme se fonde sur une automatisation du calcul des cotisations et des pensions afin que leurs montants soient équilibrés chaque année. Le montant des pensions est calculé en divisant la somme des cotisations individuelles accumulées au cours de la vie professionnelle sur un compte notionnel individuel. Ce modèle se dote également d’un nouveau mécanisme de solidarité intragénérationnelle entre les retraités. 

« Le COR fait un travail formidable pour calculer le futur de nos systèmes de retraite, malgré les hypothèses peu réalistes du PLF sur la relance économique des prochaines années. En reconnaissant que le futur est incertain, le rapport GL décrit un système de retraite équitable et robuste.  » Marc de Basquiat 

Marc regrette l’absence de débat démocratique autour de la réforme des retraites. Il regrette que le débat soit monopolisé par les discussions entre les gouvernements successifs et les syndicats alors que les citoyens et leurs représentants en sont écartés. C’est cette situation qui conduit, selon lui, au ras-le-bol de la population et à l’incapacité de rééquilibrer notre système. 


Pour lire l’article de Capital, cliquer ICI.

Pour lire l’article de l’Opinion, cliquer ICI.

Pour lire notre deuxième rapport « La retraite quand je veux », cliquer ICI.

 

Publié le 27/11/2020.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter