Nos actus

Culture : non au progrès qui se fait censeur !

Culture : non au progrès qui se fait censeur !

Gaspard Koenig s’alarme de l’inquiétante moralisation du monde de la culture. Il explique que les œuvres ne sont plus jugées sur leur mérite esthétique ou intellectuel mais en fonction de leur rectitude idéologique.

 

Gaspard constate avec ironie que des pièces ou des expositions faites pour appuyer la morale de l’époque se font excommunier pour ne pas s’y plier suffisamment.

Il remarque également que des artistes accusés d’abus sexuel sont bannis de plateformes comme Spotify ou que des réalisateurs comme Abdellatif Kechiche sont mis au ban de la Croisette pour avoir filmé l’érotisme féminin. 

Depuis quand l’art, refuge des rebelles et des iconoclastes, devrait-il reproduire une norme sociale, aussi légitime soit-elle ?

Désormais les musées sont priés de faire le tri dans leurs toiles et les maisons d’édition américaines recrutent des “sensitivity readers” dont  le métier est de s’assurer que les textes ne heurtent personne.

Les oeuvres ne sont dorénavant plus jugées sur leur capacité à nous troubler ou à nous montrer la complexité des sentiments humains mais sur leur bien-pensance (notion impossible à définir). 

« Contre Saint Beuve, et pour Bret Easton Ellis », Gaspard estime qu’il faut regarder l’art et non l’artiste. 


Pour lire la chronique de Gaspard Koenig « L’inquiétante moralisation du monde de la culture » cliquer ICI.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Tribunes
Videos
Charger + d'actu