Pas de vacances pour le revenu universel

Le revenu universel intéresse de plus en plus de monde. Notre expert Marc de Basquiat, notre porte-parole Mathilde Broquet-Courboillet et la députée Valérie Petit ont continué à défendre notre proposition.

 

Dans un débat organisé par le Festival de Contis, Marc de Basquiat est revenu en détail sur les spécificités de notre proposition de revenu universel, en insistant sur la faisabilité du projet. Il a également battu en brèche l’idée selon laquelle le revenu universel favoriserait l’oisiveté.

Les Jeunes Radicaux ont invité Mathilde Broquet-Courboillet aux côtés de l’économiste Simon Holley pour débattre de notre proposition de revenu universel.

Le lundi 29 juin 2020, la députée Valérie Petit a défendu un amendement d’appel à l’Assemblée nationale pour l’instauration d’un « socle citoyen » inspiré de notre proposition de revenu universel.


Pour revoir le débat avec Marc de Basquiat, cliquer ICI.

Pour  lire l’amendement très complet déposé par Valérie Petit, cliquer ICI.

Pour lire l’article du Point, cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Liber : un revenu de liberté pour tous », cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Liber : une proposition réaliste », cliquer ICI.

 

 

Publié le 07/07/2020.

Et si on reprenait le contrôle de nos finances publiques ?

Invité de On refait le monde sur RTL, Maxime Sbaihi s’inquiète de l’explosion de la dette et de l’état de nos finances publiques.

 

Interrogé sur la crise du secteur aérien, Maxime pointe l’incohérence de certains discours politique. On ne peut pas à la fois accélérer la transition écologique, préserver les emplois et sauver Air France : il faut faire un choix.


Pour revoir l’émission, cliquer ICI.

 

Publié le 02/07/2020.

L’échec de StopCovid

Sur RTL dans On refait le monde, Maxime Sbaihi et Nathalie Iannetta expliquent pourquoi ils n’installeront pas l’application StopCovid.

 

 


Pour revoir l’émission, cliquer ICI.

Pour lire l’article de Rubin « StopCovid : un projet mort-né », cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Aux data, citoyens ! », cliquer ICI.

 

Publié le 23/06/2020.

Amazon à la rescousse des TPE-PME ?

Invitée de l’émission Points de vue, Mathilde Broquet-Courboillet explique comment le développement du e-commerce pourrait être un levier économique important pour beaucoup de petites et moyennes entreprises.

 


Pour revoir l’émission, cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Libérer l’entreprise », cliquer ICI.

 

Publié le 23/06/2020.

Propriété des data oui, taxe GAFA non !

Plutôt que de taxer les GAFA, Virginie Calmels et Jean-Christophe Lagarde appellent à réintégrer l’internaute dans la chaîne de valeur de l’économie numérique, et défendent notre proposition.

 

Interrogée par Nicolas Doze sur la taxe GAFA, Virginie Calmels craint que cette taxe symbolique soit supportée avant tout par les consommateurs. S’il est nécessaire que les GAFA paient des impôts comme toutes les entreprises, elle invite à explorer le changement de paradigme proposé par GenerationLibre. Il faut protéger la confidentialité des données tout en promouvant la concurrence des acteurs sur un véritable marché. C’est l’enjeu de rendre les internautes propriétaires de leurs données.

Sur France Info, Jean-Christophe Lagarde considère quant à lui que la taxe GAFA serait une absurdité économique car elle toucherait avant tout les petites et moyennes entreprises tributaires d’Amazon pour commercialiser leurs produits. Plutôt que de taxer inutilement les GAFA, il faut à ses yeux les obliger à rémunérer la valeur des données des consommateurs.


Pour revoir l’émission sur BFM Business, cliquer ICI.

Pour revoir l’émission sur France Info, cliquer ICI.

Pour lire l’article « Droit de propriété sur les données : une révolution défendue par l’UDI », cliquer ICI.

Pour relire nos deux rapports DATA, cliquer ICI (I) et ICI (II).

 

Publié le 22/06/2020.

Jeunesse en détresse

Invité des Experts sur BFM Business, Maxime Sbaihi s’inquiète des effets de la crise sur l’emploi. Les jeunes, qui portent déjà le fardeau des dettes publique et écologique, vont en être les premières victimes.

 

Maxime plaide aussi pour que l’Europe se munisse d’un vrai instrument, comme le prix carbone, afin de répondre aux enjeux environnementaux.


Pour revoir l’émission, cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Travailler demain », cliquer ICI.

Pour lire notre article « Et si l’Europe mettait un prix sur les émissions carbone ? », cliquer ICI.

 

Publié le 17/06/2020.

Libérer l’hôpital de la bureaucratie

Sur RTL dans On refait le monde, Maxime Sbaihi met Gérard Miller et Carole Barjon d’accord pour dé-bureaucratiser la gouvernance des hôpitaux. 

 

Les trois chroniqueurs se rejoignent pour repenser la fonction publique autour de trois principes : décentraliser, dé-bureaucratiser, mieux rémunérer.

https://twitter.com/GLthinktank/status/1273204504780038144


Pour revoir l’émission, cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Servir l’État demain », cliquer ICI.

 

Publié le 16/06/2020.

Revenu universel : on y va !

Invité de L’info du vrai sur Canal Plus, notre expert François-Xavier Oliveau affirme que l’instauration d’un revenu universel est désormais un sujet d’avenir qui dépasse le simple statut d’utopie.

 

Interrogé sur la question des baisses de salaire pour répondre à la crise économique, François-Xavier Oliveau rappelle qu’il ne faut pas confondre la valeur marchande du travail et sa valeur morale. La masse salariale est parfois le dernier levier d’ajustement pour beaucoup d’entreprises en difficultés.

Les baisses de salaires sont donc à la fois économiquement compréhensibles et socialement choquantes. Cette confusion entre le prix morale et le prix économique s’applique également à la question du SMIC.

Le montant du SMIC en France est relativement élevé sur le plan économique. Mais sur le plan social, il est évident qu’il est difficile de bien vivre avec ce salaire. Il y a donc une déconnexion entre la valeur d’un travail que l’économie peut payer, et la valeur sociale du travail.

La création de certains emplois peu rémunérées est aujourd’hui entravée par l’existence du SMIC. Dans les années 2000, l’Allemagne a réussi à baisser son taux de chômage en permettant le développement d’emplois assez mal rémunérés, au prix de la création de travailleurs pauvres.

François-Xavier Oliveau est donc un fervent partisan d’un revenu universel couplé à un impôt sur le premier euro gagné, qui permettrait une simplification du système fiscal tout en redonnant de l’humanité dans la mécanique de redistribution.

Contrairement à une idée communément admise, le revenu universel n’incite pas à l’oisiveté mais responsabilise les citoyens : travailler paye toujours plus que de ne pas travailler. Enfin, le revenu universel est un filet de sécurité, une assurance qui permet aux individus de se reconstruire dans les moments difficiles.

Pour François-Xavier Oliveau, le revenu universel n’est plus une simple utopie. Notre appel en faveur de l’instauration d’un socle citoyen à l’initiative de la députée Valérie Petit, Gaspard Koenig, et notre expert Marc De Basquiat, a recueilli l’appuie de quarante-cinq parlementaires, divers élus politiques, chefs d’entreprises, universitaires, journalistes et responsables associatifs.

C’est une mesure qui retrouve des partisans à droite comme à gauche, chez les libéraux comme chez les socialistes. C’est un véritable projet de construction sociale de l’avenir autour duquel la nation pourrait se rassembler.


Pour revoir l’émission, cliquer ICI.

Pour relire nos deux rapports sur le revenu universel, cliquer ICI (I) et ICI (II).

Pour relire l’essai de François-Xavier Oliveau « Microcapitalisme : Vers un nouveau pacte social », cliquer ICI.

Pour relire notre article « Laissons respirer les entreprises », cliquer ICI.

 

Publié le 12/06/2020.

Déconfinement des libertés : le compte n’y est pas !

Invité de Gilles Bornstein dans l’émission « Le monde demain » sur FranceInfo, Gaspard Koenig alerte sur les libertés, mises sous cloche pendant le confinement, dont certaines pourraient ne jamais être retrouvées. 

 

À l’heure du déconfinement, Gaspard rejoint l’avocat et écrivain François Sureau ou encore le philosophe Bernard-Henri Lévy, qui craignent que l’état d’urgence sanitaire, toujours en vigueur, ne se prolonge plus que nécessaire. Pour le fondateur de notre think-tank, certaines mesures pourraient dès maintenant faire l’objet d’un assouplissement, notamment en matière judiciaire.

Prorogation de placements des mineurs sans audition des parties, interdictions de visites à l’hôpital,  interdictions de manifestations, restrictions en matière de droit syndical : autant de mesures qui sont aujourd’hui contestables.

Surtout, comme par le passé, certaines mesures d’exception pourraient finir par entrer dans le droit commun comme les perquisitions sans mandat judiciaire, aujourd’hui autorisées, malheureux héritage de l’état d’urgence contre le terrorisme.

Gaspard alerte aussi sur le fait que la réduction des libertés civiles va toujours de pair avec la réduction des libertés économiques.

GenerationLibre continue son travail de veille grâce à l’Observatoire des Libertés Confinées, repris par Le Monde.

 

https://twitter.com/GLthinktank/status/1271436037294784515


Pour revoir l’émission, cliquer ICI.

Pour consulter l’Observatoire des Libertés Confinées, cliquer ICI.

 

Publié le 10/06/2020.

Décentraliser pour mieux déconfiner

Invitée de l’émission Point de vue sur le FigaroLive, notre porte-parole Mathilde Broquet-Courboillet dénonce la centralisation des décisions politiques en France.

 

Interrogée sur les violences policières, Mathilde considère qu’il est salutaire que les cas de racisme soient systématiquement reportés. Mais elle refuse de voir dans ces cas isolés le signe d’un racisme institutionnel. C’est pourquoi il est déplacé d’attendre une réponse présidentielle.

Notre porte-parole préconise d’accélérer le déconfinement, sans négliger de préparer des scénarios pour faire face à l’éventualité d’une deuxième vague. Avec le risque de voir 40% des restaurants et des cafés fermer, l’économie souffre déjà trop.

Ce déconfinement devra nécessairement s’appuyer sur une prise de décision décentralisée. Par exemple, le championnat de foot français aurait pu reprendre à huis-clos en consultant clubs et régions, comme c’est le cas en Allemagne et en Angleterre.

Enfin, Mathilde appelle à la vigilance afin que les libertés suspendues durant cette période d’exception soient intégralement recouvrées. Notre Observatoire des Libertés Confinées y veille.

 

 


Pour revoir l’émission, cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Décentraliser par la subsidiarité ascendante », cliquer ICI.

Pour consulter notre Observatoire des Libertés Confinées, cliquer ICI.

 

Publié le 08/06/2020.

S'inscrire à la Newsletter