Maxime entre les Etats-Unis et la Chine

Dans La semaine de l’éco sur France 24, Maxime Sbaihi commente l’actualité économique de la semaine : la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, les derniers développements entourant le projet de loi sur les retraites.


Pour revoir un extrait, cliquer ICI.

Retraites : Ségolène Royal a dépassé l’âge pivot

Dans On refait le monde, Maxime Sbaihi commente l’actualité : l’évolution de la démographie en France, l’affaire Ségolène Royal, la question des violences policières.


Pour revoir un extrait, cliquer ICI.

Pour revoir l’émission en intégralité, cliquer ICI.

Pour lire notre billet d’actu « Retraites : une guerre de génération ? », cliquer ICI.

L’actu dans l’oeil de Mathilde

Mathilde Broquet-Courboillet était l’invitée de Points de Vue (FigaroLive) pour commenter l’actualité de la semaine : retraites, Brexit, arrêts maladies, écologie.


Pour revoir l’émission, cliquer ICI.

CGT ? Même pas peur !

Dans On refait le monde, Maxime Sbaihi – par téléphone en raison des grèves, dénonce l’opposition non-constructive des syndicats à la réforme des retraites.

 


Pour revoir un extrait, cliquer ICI.

Pour lire notre billet d’actu : « Retraites : baby boomers, nous ne vous pardonnerons jamais ! », cliquer ICI.

Pour lire notre billet d’actu « Retraites : une guerre de génération ? », cliquer ICI.

Retraites : une guerre de générations ?

Invité de l’émission 28 minutes sur Arte, Maxime Sbaihi dénonce un système de retraites illisible, injuste, inégalitaire et qui n’est pas financé à terme. 

 

L’inégalité des régimes spéciaux

Maxime rappelle que les régimes spéciaux comme ceux de la SNCF ou de la RATP ne sont pas auto-financés, et que chaque année, avec les impôts de tous les Français, sont comblés des déficits à hauteur de 7 milliards d’euros. Il s’agit de mettre tout le monde sur un pied d’égalité.

L’intérêt d’un système par point

L’usine à gaz, qui n’a jamais été remise en cause depuis soixante-dix ans, doit être réformée aujourd’hui. Un système de retraites par point permettra de convertir l’espérance de vie et les salaires en quelque chose de visible pour soutenir le système.

« Ce système marchait dans les années 1970 quand les gens partaient à la retraite à 65 ans et mouraient vers 70 ans. Aujourd’hui, ils partent à 60 ans mais l’espérance de vie est au-delà de 80 ans. On a le même système, mais le monde a changé. » Maxime Sbaihi

Travailler plus longtemps

Le système marchait dans les années 1970 quand les gens partaient à la retraite à 65 ans et mouraient vers 70 ans. Aujourd’hui, ils partent à 60 ans mais l’espérance de vie est au-delà de 80 ans. On a le même système, mais le monde a changé. Pour Maxime, la démographie et l’évolution de l’espérance de vie nous obligent à faire travailler plus longtemps ceux qui sont en âge de partir à la retraite.

Combattre l’inéquité générationnelle

Il est intéressant de noter qu’en France, comme au Luxembourg, les retraités sont plus riches que les actifs. Un phénomène inédit dans l’histoire, et exceptionnel dans le monde contemporain. A l’instar de Karim El Karoui devant notre caméra cette semaine, Maxime aimerait que l’on parle du niveau des pensions, et dénonce le fait que l’on fasse payer aux jeunes générations d’actifs, et à celles qui viennent, un système dont profitent les retraités aujourd’hui.


Pour revoir l’émission 28 minutes sur Arte, cliquer ICI.

[LE STUDIO] Pour voir notre vidéo avec Hakim El Karoui « Retraites : la lutte des âges », cliquer ICI.

Les libéraux se sont battus pour les droits syndicaux

Interrogé par Raphaël Enthoven pour ARTE Philosophie, notre directeur Maxime Sbaihi rappelle que le syndicalisme ne s’oppose pas au libéralisme.

 

Si Maxime rappelle qu’historiquement, c’est le libéral Waldeck-Rousseau qui a permis la création de syndicats au XIXème siècle, il regrette qu’aujourd’hui le syndicalisme pêche par idéologie et manque de représentativité.

La réaction de Laurent Berger de la CFDT.


Pour revoir un extrait de l’émission Philosophie – Pas négociable sur ARTE, cliquer ICI.

Quel avenir pour nos enfants ?

Retraites, « ascenseur social en panne », pessimisme des Français  : ce vendredi 22 novembre, Mathilde Broquet-Courboillet était l’invitée de BFM TV pour participer à l’émission 19 Brunet Neumann.

 

Le lundi 25 novembre, Mathilde était sur le plateau du Figaro Live pour livrer son point de vue sur l’actualité brûlante, et notamment, sur le grenelle contre les violences conjugales ainsi que sur l’avenir de l’OTAN.


Pour revoir l’émission de BFM TV, cliquer ICI.

Pour revoir l’émission du Figaro Live, cliquer ICI.

FDJ : à quoi l’Etat va-t-il jouer avec les recettes ?

Privatisation de la FDJ, formation professionnelle et politique monétaire : ce jeudi 21 novembre, Maxime Sbaihi était l’invité des Experts sur BFM Business pour commenter l’actualité économique.

 

Quelle utilisation sera faite des recettes de la privatisation de la FDJ ? Si Maxime salue le désengagement de l’Etat et le rebond de l’actionnariat populaire, il rappelle que la place de l’Etat n’est pas d’innover.


Pour revoir un extrait, cliquer ICI.

Pour revoir l’émission dans son intégralité, cliquer ICI.

A quand un vrai Pacte Girondin ?

Dans On refait le monde, Maxime Sbaihi salue les mots d’Emmanuel Macron en faveur de la décentralisation, mais s’impatiente, et s’inquiète, de leur traduction politique.

 

« Un des gros problèmes de la France, c’est qu’il y a trop de pouvoir à Paris », rappelle Maxime qui approuve la volonté une nouvelle fois affichée par Emmanuel Macron, lors du 102ème Congrès des Maires de France, de donner plus de responsabilités aux territoires. Une ambition partagée par notre think-tank, bien que la philosophie et les moyens diffèrent.

« Comment être responsable des dépenses si on ne l’est pas des recettes ? Comment des électeurs pourraient-ils juger correctement une action municipale s’ils ne sont pas également contribuables ?  » Gaspard Koenig, « Oser le Pacte Girondin« , novembre 2017

Depuis une note publiée en 2018, notre think-tank se fait l’avocat d’une autonomie fiscale pleine et entière pour les collectivités territoriales, gage d’une organisation décentralisée à proprement parler. A nos yeux, et dans une perspective tocquevilienne, cette autonomie fiscale constitue la condition si ne qua non pour rapprocher le citoyen du décideur politique dans la détermination des choix politiques.

Maxime souligne que la suppression de la taxe d’habitation, marque à l’inverse une forme de re-centralisation, tandis que la réforme constitutionnelle sans cesse annoncée reste au frigidaire.


Pour revoir un extrait, cliquer ICI.

Pour revoir l’émission, cliquer ICI.

Pour relire notre note « Oser le Pacte Girondin » en faveur de l’autonomie fiscale des collectivités territoriales, cliquer ICI.

Pour relire notre Contribution Libre au Grand Débat, cliquer ICI.

Les libertés fondamentales en danger face au terrorisme

Dans On refait le monde, Maxime Sbaihi regrette le recul des libertés fondamentales face à la menace terroriste. 

 

« On a perdu du terrain sur la liberté, au nom de la sécurité » : Maxime nous met en garde contre les terroristes qui veulent nous faire perdre nos valeurs. Pour Maxime, la meilleure réponse, c’est la tolérance et la liberté. 

Face au terrorisme, notre premier devoir est de ne pas attenter aux libertés fondamentales, comme l’explique François Sureau dans son tract « Sans la liberté ».


Pour revoir l’émission, cliquer ICI.