[Lu Ailleurs] Inscrire la lutte contre le virus dans le débat démocratique

La Défenseure des droits s’inquiète de l’absence de débat public autour des décisions prises au nom de l’urgence sanitaire. 

 

Claire Hédon observe une mise sous silence des libertés et droits fondamentaux, relégués au rang d’obstacle dans la lutte contre la Covid-19. Un mouvement de délitement du débat public qui s’installe depuis quelques années, dénonce-t-elle. Si la Défenseure des droits rappelle le caractère exceptionnel de la crise sanitaire, elle appelle à un débat démocratique de fond sur les mesures à adopter.

« Entre contraintes sanitaires et impératifs économiques, il n’a été laissé que peu de place à la défense des droits et libertés qui sont pourtant au fondement de notre Etat démocratique et de notre République. »

La Défenseure des droits estime que le contrôle parlementaire devrait être renforcé et accéléré face à la situation exceptionnelle. Il revient au Parlement de contrôler les mesures prises par le Gouvernement sous l’état d’ugence pour ne pas les laisser s’installer dans le temps.

Selon Claire Hédon, il faut inscrire les mesures sanitaires dans le débat démocratique afin de s’assurer à la fois de leur proportionnalité, de leur respect des libertés et droits fondamentaux et de leur efficacité.

« La transparence contribuerait à ce que toutes et tous puissent se réapproprier cette crise en citoyens actifs et responsables, plutôt que de la subir en individus soucieux uniquement d’être protégés. »

La transparence doit être un principe clef dans la lutte contre le virus, à même de responsabiliser les citoyens en les rendant actifs. Elle appelle à la contribution des acteurs de la société civile dans le contrôle démocratique des mesures d’urgence. C’est l’objet de notre Observatoire des Libertés Confinées que nous mettons à jour régulièrement.


Pour lire la tribune de Claire Hédon, cliquer ICI.

Pour visiter l’Observatoire des Libertés Confinées, cliquer ICI.

 

Publié le 30/10/2020.

Prendre la mesure de nos libertés

Dans Le Bonbon, Vincent Delhomme explique les conséquences des mesures restrictives de libertés et prône une concertation plus démocratique pour gérer la crise sanitaire.

 

À l’heure du reconfinement généralisé, Vincent rappelle l’objectif poursuivi par l’Observatoire des Libertés Confinées : rendre compte des atteintes portées aux libertés à l’échelle du pays.

« Toutes les libertés suspendues devaient nous être rendues. »

Alors que les mesures se multiplient depuis l’arrivée d’une deuxième vague et le rétablissement de l’état d’urgence sanitaire le 17 octobre dernier, Vincent rappelle que, dans le cadre d’un Etat de droit, ces mesures doivent respecter le principe de proportionnalité. Elles doivent être absolument nécessaires à la poursuite d’objectifs précis formulés par les autorités.

« L’État a misé dès le départ sur une approche très verticale, infantilisante et un recours accru aux contrôles et à la sanction. »

Si pour Vincent, il est clair que nous devons apprendre à vivre avec le virus en adaptant nos comportements, il s’inquiète des conséquences négatives de la méthode employée par le Gouvernement. Une méthode qui a délaissé la responsabilité individuelle et n’a pas permis une appropriation massive des mesures, favorisant les comportements à risques lors du déconfinement.

« Si l’on veut mettre en place des mesures qui fassent l’objet d’un consensus, sur la durée, il faut qu’un vrai débat ait lieu et que le pays s’accorde sur les équilibres à trouver entre la santé, les libertés et l’activité économique. »

Vincent prône une gestion de crise par la concertation qui ne délaisse ni le Parlement ni les territoires.


Pour lire l’article, cliquer ICI.

Pour consulter notre Observatoire des Libertés Confinées, cliquer ICI.

 

Publié le 29/10/2020.

[Lu Ailleurs] Les libertés, meilleure arme contre le terrorisme

Au lendemain de l’attentat terroriste contre Samuel Paty, Me Spinosi rappelle que nous devons protéger nos libertés pour ne pas affaiblir la démocratie dans son combat contre l’islamisme.

 

Patrice Spinosi déplore le cynisme des hommes politiques qui soutiennent qu’une nouvelle loi aurait pu éviter cette nouvelle attaque terroriste. Un discours qui, selon l’avocat, occulte le manque de moyens et l’absence de soutien dont souffrent ceux qui luttent quotidiennement contre l’obscurantisme.

« Aujourd’hui, comme à l’époque de Voltaire, il est heureux qu’il y ait encore des hommes qui soient choqués que l’on veuille restreindre la liberté d’expression pour répondre à un attentat commis précisément contre cette liberté. »

L’avocat dénonce le raisonnement selon lequel la loi Avia aurait pu éviter la diffusion des vidéos incriminant Samuel Paty. Me Patrice Spinosi rappelle que l’apologie du terrorisme et la diffusion de contenus haineux sur Internet sont déjà punis par la loi. Par ailleurs, largement diffusés dans des communications privées, ces messages ne relevaient donc pas du champ d’application de cette loi. Le Conseil constitutionnel a pris une décision pour protéger la liberté d’expression, attaquée une nouvelle fois à Conflans-Sainte-Honorine.

« C’est lorsque nous aurons nous-même sabordé ce qui constitue l’ADN de notre Etat de droit, par opposition aux terroristes islamistes ou encore aux populistes d’extrême droite, que nous aurons définitivement perdu et eux définitivement gagné. »

Patrice Spinosi rappelle le nécessaire équilibre entre sécurité et libertés pour ne pas insidueusement donner raison au terrorisme au prétexte de le combattre. Il alerte sur le risque d’un affaiblissement de notre démocratie par une restriction toujours plus accrue des libertés.


Pour voir le podcast, cliquer ICI.

Pour revoir la vidéo qui explique notre opposition à la loi Avia, cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Pour rétablir la liberté d’expression », cliquer ICI.

 

Publié le 22/10/2020.

Budget de la France : et si on consultait les Français ?

Alors que le Parlement débute l’examen du projet de loi de finances pour 2021, GenerationLibre continue à militer pour une consultation du citoyen sur l’élaboration du budget et une plus forte autonomie fiscale pour les collectivités territoriales.

 

Le Projet de loi de finances (PLF) pour 2021 s’articule autour du Plan de Relance de 100 Md€ lancé par le Gouvernement le 3 septembre dernier. Présenté par le Gouvernement le 28 octobre, le PLF 2021 établit le montant total des dépenses de l’Etat pour 2021 à 490 Md€ dont 22 Md€ correspondent à la mission de relance.

Pour 2021, le budget de la France est annoncé en augmentation de 7,8 Md€. Cette augmentation suit une pente prise depuis les années 1960 alors qu’une large majorité de Français se dit pourtant favorable à une baisse des dépenses publiques comme le rappelle Kevin Brookes, docteur en science politique et auteur de notre note « Pour un consultation budgétaire citoyenne ».  Selon l’IFOP, 66% des Français sont pour une baisse de la dépense publique.

Conformément aux préférences budgétaires des Français, le budget alloué à l’éducation augmente cette année de 3%. A l’inverse, la défense et la culture, également en augmentation, ne font pas partie des domaines privilégiés par les Français.

« L’objectif est double : renseigner les citoyens sur la destination de leur impôt, et informer les décideurs politiques sur les préférences budgétaires de leurs administrés. » GenerationLibre

La construction du budget repose sur un système fiscal lourd et opaque qui laisse aux citoyens un sentiment d’incompréhension et d’impuissance très bien documenté dans notre note. Une situation que déplore à juste titre Laurent Saint-Martin, rapporteur général du Budget, qui souhaite rétablir un consentement à l’impôt par un travail de simplification de la fiscalité aujourd’hui illisible.

En ce sens, GenerationLibre propose depuis janvier 2020, dans sa note « Pour une consultation budgétaire citoyenne », que chaque citoyen puisse communiquer ses choix sur l’orientation du budget de l’Etat. Une synthèse des grands postes de dépenses de l’Etat serait publiée afin que le citoyen, s’il le souhaite, souscrive à une déclaration sur ses préférences budgétaires au moment de sa déclaration de revenus. Chaque automne, au moment de l’examen du budget, le Parlement devrait se pencher sur la synthèse de cette consultation.

« L’Etat central conserve la plus décisive et la plus déterminante des compétences : la fiscalité. » GenerationLibre

En matière de fiscalité locale, la baisse des impôts de production sur les entreprises a suscité une vive réaction des maires qui craignent de voir s’appauvrir un des rares leviers de leur autonomie financière. GenerationLibre, qui se réjouit de la baisse de la pression fiscale, réclamée par 85% des Français (IFOP, Cercle de Giverny, avril 2020), regrette néanmoins un processus de recentralisation de la fiscalité sans précédent.

GenerationLibre poursuit les objectifs de rapprocher le citoyen de la décision politique et d’achever la décentralisation en donnant une véritable autonomie aux élus locaux en militant pour que les collectivités territoriales disposent d’une autonomie fiscale. Un achèvement de la décentralisation détaillé dans notre rapport « Le pouvoir aux communes ».


Pour lire notre note « Pour un consultation budgétaire citoyenne » , cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Le pouvoir aux communes » , cliquer ICI.

Pour lire notre note « Fiscalité locale : Oser le Pacte girondin » , cliquer ICI.

 

Publié le 08/10/2020.

On n’est pas sorti de l’état d’urgence !

L’Assemblée nationale a prolongé la semaine dernière jusqu’au 1er avril le régime transitoire permettant au Gouvernement de jouir de pouvoirs exceptionnels. Comme l’explique Vincent Delhomme dans un long entretien pour le magazine Neon, cette concentration des pouvoirs entre les mains de quelques-uns, à Paris, doit tous nous alerter.

 

Si la prolongation du régime transitoire est effectivement avalisée, la France fêtera au printemps prochain les un an d’un état d’urgence qui ne dit plus son nom ! Le fonctionnement institutionnel du pays doit retrouver sa normalité et la stratégie sanitaire du Gouvernement faire l’objet d’un débat démocratique, avec les parlementaires et les représentants des territoires.

Par ailleurs, la justice administrative vient de porter un salutaire coup d’arrêt aux fermetures des salles de sport à Paris et à Rennes et a rappelé le Gouvernement à l’ordre sur deux points fondamentaux. Il appartient à l’Etat, premièrement, de prouver que les protocoles sanitaires devant être mis en place dans ces établissements n’ont effectivement pas été respectés et, deuxièmement, de démontrer que ces protocoles sont insuffisants, que ces établissements sont des lieux particulièrement propices aux contaminations et que leur fermeture est donc nécessaire. C’est à l’Etat de convaincre que restreindre les libertés est indispensable, pas aux citoyens de de supplier pour les récupérer !

« C’est à l’Etat de convaincre que restreindre les libertés est indispensable, pas aux citoyens de les supplier pour les récupérer ! » Vincent Delhomme

Alors que les restrictions à l’ouverture des établissements recevant du public se multiplient sur le territoire, il est primordial que ces principes soient respectés. Toute restriction ou fermeture doit être étayée par des éléments de fait précis et être précédée par une évaluation de l’efficacité des mesures prises jusqu’à présent.

Plutôt que de raisonner par catégories, bars contre restaurants, ne serait-il pas possible de laisser ouverts les établissements en mesure de faire respecter un protocole sanitaire strict, du fait de leur taille par exemple, et de laisser fermés les autres ? Les professionnels du secteur le rappellent : il n’existe pas d’éléments objectifs qui permettent de faire la différence entre un bar et un restaurant si les deux sont en mesure de servir de l’alcool.

« Face à une valeur aussi puissante que la sécurité, il y a un risque que d’autres valeurs, dont la liberté, soient un peu neutralisées, et ça c’est inquiétant. » Vincent Delhomme dans Neon

La progression du virus rend nécessaire la prise de mesures, cela ne fait aucun doute. Mais si celles-ci ne sont pas comprises et n’apparaissent pas comme légitimes, l’adhésion de la population ne sera pas au rendez-vous.

Dans Neon, Vincent nous alerte sur le continuum entre terrorisme, santé et environnement qui pousse les dirigeants à prendre des mesures de privation des libertés. Sujets d’importance, ils ne devraient pas pour autant justifier d’affaiblir nos libertés publiques car c’est la préservation de notre édifice juridique qui est la première de nos sécurités.


Pour consulter notre Observatoire des Libertés Confinées, cliquer ICI.

Pour lire l’entretien de Vincent Delhomme dans Neon, cliquer ICI.

 

Publié le 06/10/2020.

Covid-19 et libertés publiques : GenerationLibre tire la sonnette d’alarme

Alors que le Parlement discute de la prorogation du régime transitoire institué en juillet dernier à la sortie de l’état d’urgence sanitaire, GenerationLibre, avec son Observatoire des Libertés Confinées, s’inquiète d’une banalisation de la situation exceptionnelle et appelle à respecter un « principe de localité ». Le Parisien relaie notre inquiétude face à la banalisation d’une situation exceptionnelle.

 

Le Gouvernement continue de jouir de pouvoirs exceptionnels. Nombre de mesures restrictives aux droits et libertés fondamentaux demeurent pleinement en vigueur. S’il reste plus que jamais nécessaire d’agir contre la propagation du virus, il importe, comme le dit la Défenseure des droits, que les mesures prises satisfassent aux principes de prévisibilité, de nécessité et de proportionnalité. GenerationLibre y ajoute un principe de localité.

Il faut se réjouir que les mesures prises par le Gouvernement soient désormais plus ciblées et épargnent les zones où le virus ne circule pas ou peu. On peut déplorer que celles-ci soient encore pleinement pilotées par Paris sans réelle concertation avec les élus locaux. Ceux-ci sont pourtant à-même d’adapter les modalités de la lutte contre le virus aux spécificités de leur territoire et d’en assumer la responsabilité politique. Ce n’est pas qu’une question démocratique, mais aussi sanitaire. On le voit à Marseille : des ordres perçus comme autoritaires et déconnectés du terrain sont plus difficiles à faire accepter à la population.

 « Si l’on veut que la population s’approprie la lutte contre le virus et respecte les règles, encore faut-il que celles-ci soient strictement nécessaires et proportionnées. » Vincent Delhomme, directeur des études de GenerationLibre.

Bien que la situation sanitaire soit par nature changeante et que l’état des connaissances scientifiques évolue, il est important que les mesures prises par le Gouvernement soient claires, cohérentes et prises sur la base d’une doctrine sanitaire stable sans interprétation abusive du principe de précaution. Toute restriction aux libertés de rassemblement et de circulation ne devrait être prise qu’en cas de dernier recours et soigneusement calibrée.

Plus largement, il est essentiel qu’un véritable débat démocratique ait lieu sur l’organisation économique et sociale qui doit être mise en place dans le pays. La route jusqu’à une potentielle fin de la pandémie est longue, et les citoyens et les acteurs économiques ne peuvent continuer à vivre dans une situation de perpétuelle incertitude. Nos institutions et nos principes sont assez solides pour faire face.


Pour consulter notre Observatoire des Libertés Confinées, cliquer ICI.

Pour lire l’article du Parisien, cliquer ICI.

 

Publié le 02/10/2020.

[LU AILLEURS] Le libéralisme en chair et en os

Dans un entretien pour Le Point, Gérard Depardieu brosse le portrait d’une France qui s’est enfermée sur elle-même bien avant le confinement. Il livre sa découverte d’un ailleurs, un chemin à emprunter pour raviver la liberté.

 

Pour l’acteur, l’infantilisation du citoyen par le politique durant la crise sanitaire, l’obsession grandissante pour la sécurité ou encore l’omniprésence de la délation sont autant de signes que le pays sombre peu à peu dans la folie. Un mouvement de repli que la « politique politicienne » aggrave par sa complexité. Gérard Depardieu préconise un retour à la simplicité loin de l’inflation normative.

« On peut être gourmand et faire un repas frugal. Même en politique, il vaut mieux être frugal. À l’Assemblée nationale, ils devraient faire moins de lois auxquelles on ne comprend rien. »

Bien que Depardieu dresse le portrait d’une France en déclin, il n’en demeure pas moins optimiste. Il déplore la pente que poursuit le pays en s’enfermant sur lui-même et prône l’ouverture pour sortir de l’impasse. L’ouverture sur un « ailleurs », titre de son prochain ouvrage et synonyme de libération.

« On ne peut pas juger les maladies. La France a de l’arthrite et alors ? Il faut se soigner. Il faut graisser un peu. »

Dans ses lectures et ses voyages, il décrit des rencontres individuelles qui rompent avec l’uniformisation de la pensée par les réseaux sociaux, autre symptôme de la folie contemporaine.

Il voit dans les migrants un « ailleurs qui nous arrive » salvateur : « les migrants veulent en général bosser, apprendre la langue, partager des choses. C’est comme ça que le monde s’est fait depuis Cro-Magnon », précise-t-il.

Enfin, si Depardieu manifeste du respect et de l’intérêt pour les religions, il appelle à se défaire des carcans que le judéo-christianisme a imposés au sexe et à la famille.


Pour lire l’entretien de Gérard Depardieu, cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Pour une révolution normative », cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Pour rétablir la libérté d’expression », cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Pour une GPA responsable en France », cliquer ICI.

 

Publié le 01/10/2020.

[LU AILLEURS] Pour Richard Malka, la liberté d’expression est en danger.

Richard Malka accorde un entretien au Point en amont du procès des attentats du 15 janvier 2015. L’avocat de Charlie Hebdo fait le bilan d’un délitement progressif de la liberté d’expression depuis cinq ans.

 

Au procès des complices des attaques du 15 janvier 2015, Richard Malka ne défend pas des victimes individuelles mais le symbole que le terrorisme a cherché à atteindre : la liberté d’expression. Pour l’avocat, c’est une « cliente » particulière qu’une majorité de Français défendait aussi au lendemain des attentats à grands coups de slogans « Je suis Charlie ». Depuis, la peur et l’obsession de ne pas choquer ont selon lui dissipé cet engouement.

« Les frères Kouachi et ceux qui les ont armés ont gagné. Qui, aujourd’hui, publierait les caricatures de Mahomet ? Quel journal ? Dans quelle pièce, quel film, quel livre ose-t-on critiquer l’islam ? Qui depuis cinq ans ? »

L’avocat se désole des affronts successifs à la liberté d’expression pourtant « précieuse car toutes les autres en découlent ». Il déplore un fourvoiement de la gauche qui après avoir longtemps applaudi Charlie Hebdo, l’a dénigré au nom du respect des minorités ou d’un nouveau principe d’interdiction de provoquer. Un positionnement qu’il juge justement condescendant et dangereux.

« C’est tragique et fascinant : le combat contre le racisme, qui est une intense nécessité, est en train de créer un néoracisme, de réinventer les races. »

Richard Malka souligne le danger que notre société encourt à rogner toujours davantage la liberté d’expression au nom de luttes pleines de bonnes intentions mais perverties. Le droit au blasphème est bafoué au nom de la bienséance. On oublie que notre société s’est fondée en réaction à l’obscurantisme.

Si l’avocat de la liberté d’expression a peu d’espoir pour sa cliente, des voix dissidentes se font entendre. Une centaine de media français s’est liée au combat en signant le mercredi 23 septembre une lettre ouverte dans Charlie Hebdo, en marge du procès des complices en cours.


Pour lire l’entretien de Richard Malka, cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Pour rétablir la liberté d’expression », cliquer ICI.

 

Publié le 24/09/2020.

Revenu universel : à quand une expérimentation sérieuse de financement ?

L’Allemagne se lance dans une nouvelle expérimentation de revenu universel après celle de 2014. Pour GenerationLibre, Inès Tajeddine en analyse les modalités à partir de notre propre proposition.

 

Après plusieurs expérimentations de revenu universel en Finlande, au Kenya ou encore aux Etats-Unis, de nouveaux modèles d’expérimentation voient le jour, dopés par la crise sanitaire. Jusqu’à présent, les expériences peinaient à parvenir à des conclusions sur l’efficacité du revenu universel, faute d’avoir trouvé une méthode d’analyse scientifique optimale, ou d’en explorer tous les paramètres. L’Allemagne s’est lancée mi-août dans une expérimentation d’un véritable revenu universel qui permettra peut-être de tirer de nouvelles conclusions.

Depuis la publication d’un premier rapport « LIBER, un revenu de liberté pour tous » en 2014, GenerationLibre bataille pour faire avancer l’idée du revenu universel dans le débat public et auprès des décideurs. Une idée qui a inspiré la proposition de création d’un « socle citoyen » dans un appel publié dans L’Obs le 4 mai 2020 à l’initiative conjointe de l’économiste Marc de Basquiat, expert du think-tank GenerationLibre et président de l’AIRE, la députée Valérie Petit et le philosophe Gaspard Koenig. Un texte soutenu par plus de 80 personnalités dont 45 parlementaires.

L’association militante « Mein Grundeinkommen » avait mené une expérience de revenu universel en 2014 qui n’avait pas de vocation scientifique, les volontaires tirés au sort n’étant pas tenus de communiquer leur retour sur expérience. L’association finance aujourd’hui une expérimentation menée par le Deutsches Institut für Wirtschaftsforschung (DIW) avec l’objectif d’évaluer les effets d’un revenu universel sur la psychologie des individus et sur leurs comportements. L’échantillon sera composé de cent-vingt individus qui recevrons 1200€ par mois pendant trois ans sans contrepartie. Ils seront comparés à leurs 1380 jumeaux statistiques.

« Le projet allemand se rapproche du principe du LIBER : constituer un filet de sécurité à même d’offrir la capacité à chacun de choisir sa vie une fois assuré de subvenir à ses besoins. »

Contrairement à l’expérimentation finlandaise qui portait sur un revenu de base en étudiant un échantillon composé de deux mille chômeurs, la méthode allemande permet d’observer les effets du revenu universel sur toutes les catégories socio-économiques de la population. A noter qu’en Finlande, si les bénéficiaires n’ont pas tous retrouvé le chemin de l’emploi, des effets positifs significatifs sur leur santé et leur niveau de stress ont été observés. Le projet allemand se rapproche du principe du LIBER : constituer un filet de sécurité à même d’offrir la capacité à chacun de choisir sa vie une fois assuré de subvenir à ses besoins.

La nouvelle expérimentation allemande se donne l’objectif de pouvoir généraliser ses résultats grâce au choix d’un échantillon représentatif de la société. Les enquêtés devront répondre à un questionnaire tous les six mois (six au total) portant sur divers aspects de leur vie quotidienne : l’emploi, le temps de travail, le niveau de stress, l’alimentation, la santé, l’épargne, etc. Une grande variété d’effets possibles du revenu universel sont ainsi observés, ce qui permet également d’éviter toute imposition de problématique aux participants. L’expérimentation vise à valider ou non le postulat, partagé par la proposition du LIBER, que le revenu universel peut renforcer le pouvoir de négociation des individus qui occupent un emploi peu qualifié.

Cette nouvelle expérimentation allemande présente toutefois de nombreux biais. L’écueil le plus évident réside dans le faible nombre d’individus composant l’échantillon qui empêche de généraliser les résultats obtenus. La dispersion géographique de l’échantillon dans tout le pays rend également la tâche difficile, le postulat de l’efficacité du revenu universel reposant justement sur son caractère universel à l’échelle d’un Etat ou d’un groupe d’Etats. En utilisant la méthode du tirage au sort, les chercheurs rendent impossible tout effet d’interaction ou d’externalité.

Contrairement à l’Allemagne, le Kenya a retenu la méthode du « site de saturation » : au lieu de tirer au sort des individus bénéficiant du revenu du base, les chercheurs ont sélectionné des villages pour former des groupes testés et des groupes témoins. L’effet vertueux du revenu universel sur l’ensemble de la société, comme le prévoit le LIBER, a été observé : les individus ont investi dans l’éducation et les infrastructures. Comme nous le soulignons dans notre rapport, le faible montant du revenu universel – en-dessous du seuil de pauvreté, évite la désincitation au travail.

« Comme beaucoup d’autres, l’expérimentation allemande occulte la question de la faisabilité financière du revenu universel »

Comme beaucoup d’autres, cette expérimentation occulte la question de la faisabilité financière du revenu universel. Alors que la Finlande a expérimenté un revenu universel de 560 euros par mois, l’Allemagne fixe un montant extrêmement élevé, de 1200 euros, grâce à une opération spécifique de crowdfunding. A l’évidence, les résultats seront inexploitables pour la mise en œuvre d’une telle politique à l’échelle nationale puisque ce montant est impossible à financer de manière durable. Si l’Etat de l’Alaska a pu développer un revenu universel viable, rappelons que c’est en s’appuyant sur sa rente pétrolière.

Bien que certains éléments du revenu universel allemand se rapprochent du LIBER, la proposition de Marc de Basquiat présente la particularité de proposer un mode de financement viable. Le LIBER se conçoit comme un crédit d’impôt d’environ 500 euros, versé à tout résident français de manière inconditionnelle, et s’accompagne d’une LIBERTAXE qui remplacerait l’impôt sur le revenu : un prélèvement proportionnel de 30% environ au premier euro gagné par chacun. Le revenu universel de GenerationLibre se présente donc comme une proposition de réforme socio-fiscale aboutie. Si les expérimentations de revenu universel s’attachent à observer ses effets sur la population, trop rares sont les études sur son financement, à l’exception de quelques pays comme le Canada, l’Ecosse, ou la Slovénie.

L’expérimentation a commencé mi-août et en est à sa phase préliminaire. Les candidatures ont été ouvertes pour former l’échantillon. Les critères sont d’avoir plus de 18 ans et d’être domicilié en Allemagne. A ce jour, plus d’un million de personne ont candidaté, un chiffre élevé que les chercheurs attendaient pour novembre. Le premier versement du revenu universel aura lieu au Printemps 2021.


Pour signer notre pétition en faveur d’un socle citoyen, cliquer ICI.

Pour lire notre article « Comprendre le « socle citoyen » – Un revenu universel pour 2021 », cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « LIBER : une proposition réaliste », cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « LIBER : un revenu de liberté pour tous », cliquer ICI.

 

Publié le 25/09/2020.

[LU AILLEURS] Les libéraux en mal de récit national

Michael Steven Fish,  Neil A. Abrams et  Laila M. Aghaie, traduits par Peggy Sastre dans Slate signent une analyse originale du déclin du libéralisme dans ses propres bastions. Le discours libéral doit-il s’incarner dans un récit national pour combattre le populisme ?

 

Les trois auteurs américains se rallient au constat de la montée du démagogisme illibéral dans leur pays comme dans plusieurs démocraties du monde pourtant jugées indestructibles depuis la fin du XXème siècle. Un bouleversement politique plus difficle à comprendre qu’il n’y paraît.

« À l’aube du XXIe siècle, la démocratie libérale semblait quasi invincible. Deux décennies plus tard, les autoritaires se pavanent comme des avant-gardistes et les démocrates passent pour les gros·ses ringard·es de l’histoire. »

Moins que le climat général de crise, réel ou fantasmé, qui traverse les démocraties, c’est bien l’échec des libéraux sur le terrain rhétorique qui explique le déclin des valeurs libérales. Les illibéraux se sont attirés les faveurs des foules grâce à un discours sur le rétablissement de la grandeur nationale en dépit d’une baisse globale de l’intolérance et d’une augmentation générale du niveau de vie.

« Dans le monde entier, les libéraux ont laissé le patriotisme aux mains des autoritaires de droite, avec des conséquences désastreuses. Il est temps qu’ils se le réapproprient. »

Les auteurs s’appuient sur les travaux de Pippa Norris et Ronald Inglehart qui expliquent la montée des illibéraux par l’atteinte d’un « point de basculement » : devenues tellement hégémoniques, les idées libérales ont suscité une « réaction conservatrice contre-révolutionnaire ».

A l’instar de leurs prédecesseurs démocrates Roosevelt, Nehru ou Wasela qui parvenaient à conjuguer libéralisme et patriotisme, les libéraux d’aujourd’hui peuvent construire un récit national qui lie l’histoire à leurs politiques pour le progrès.


Pour lire l’article, cliquer ICI.

Pour lire notre recueil « Europa, Dépasser le nationalisme », cliquer ICI.

 

Publié le 18/09/2020.

S'inscrire à la Newsletter