#3 Les tourniquets – Les voyages de Gaspard dans l’IA

Pour ce troisième volet du voyage au coeur de l’intelligence artificielle (IA), Gaspard Koenig nous fait voyager de la Chine aux Etats-Unis, à la rencontre d’individus qui voient leur libre arbitre vaciller.

 

Gaspard nous invite d’abord à le suivre pour une exposition en Chine sur la place de l’humanité dans un univers technologique. L’itinéraire de l’exposition, d’une expérience dérangeante à une autre, montre la facilité avec laquelle on se laisse subtilement influencer, dans la vie, au point d’en oublier ses choix initiaux.

A plus forte raison, les systèmes de recommandation liés au développement de l’IA visent à déléguer l’exercice du choix à la machine. Bien sûr, l’IA n’impose rien, elle suggère simplement. Elle nous donne donc, peut-être, l’illusion de recourir librement à la technologie disponible. Pourtant, les faiblesses du jugement humain découragent vite de lutter avec la puissance de l’optimisation de l’ordinateur. On finit par se laisser guider sans émettre la moindre résistance. Le véritable enjeu sociétal de cette technologie est ainsi la question du libre arbitre.  

Le véritable enjeu sociétal de l’IA, c’est la question du libre arbitre.

Dans la foulée de ce périple asiatique, Gaspard nous téléporte en Californie pour découvrir la start up “Boundless AI”. Son objectif est de fournir aux applications des techniques éprouvées par les neurosciences pour rendre les utilisateurs accros. De cette manière, la start up utilise la connaissance des circuits de récompense du cerveau pour élaborer une programmation très fine qui corresponde aux goûts et aux sensibilité de chacun. Les techniques d’IA tirent profit de ce savoir pour changer la distribution future des comportements. Néanmoins, le fondateur de cette start-up, Ramsey Brown, reconnaît que même si on ne peut résister à la technologie on peut la retourner contre elle-même en créant l’antidote de ses propres produits.

En plus d’être manipulés et nudgés, nous devenons malgré nous les serviteurs de la communauté.

Gaspard nous montre que l’IA est en train de s’immiscer partout dans nos vies, y compris dans nos choix professionnels et amoureux. En effet, elle seule sait identifier la conjonction miraculeuse parmi l’infinité des possibles, puisqu’elle connaît nos rêves mieux que nous-mêmes, et se fait fort de les réaliser. Elle ne se contente plus de satisfaire nos choix de vie les plus fondamentaux, elle aspire bientôt à les forger.

De retour en Chine, Gaspard nous raconte sa rencontre avec le cofondateur de Baihe, un des principaux site de rencontres du pays. Ce dernier explique qu’avec l’aide du deep learning, il travaille à satisfaire les préférences inconscientes des utilisateurs et que cela fonctionne à chaque fois, comme avec ce riche homme d’affaires qui, sans le savoir, était attiré par les sosies de son amoureuse d’école. Toutefois, l’efficacité de ces systèmes d’IA pousse à collecter toujours plus de données afin d’atteindre des recommandations d’une précision maximale.

L’IA et ses déclinaisons contemporaines privent peu à peu l’individu des caractéristiques que lui conférait la pensée moderne : unicité, autonomie et responsabilité.

Au travers de Google Maps, l’IA montre également à quel point elle a intégré une logique utilitariste via son subtil équilibre entre votre intérêt et celui des autres conducteurs. Autrement dit, l’algorithme pourra vous envoyer perdre deux minutes sur une route de contournement si cela permet de dégager l’axe principal pour les conducteurs suivants. De cette façon, en plus d’être manipulé et nudgé, nous devenons malgré nous les serviteurs de la communauté. L’IA et ses déclinaisons contemporaines privent ainsi peu à peu l’individu des caractéristiques que lui conférait la pensée moderne : unicité, autonomie et responsabilité.


Pour lire l’épisode 2 « Etes-vous plus fort que Google Maps ? » en intégralité dans Le Point cliquer ICI.

Pour lire l’épisode 2 « Éclairez-moi, Dr Langlotz ! » en intégralité dans Le Point cliquer ICI.

Pour lire l’épisode 1 « Le Turc mécanique » en intégralité dans Le Point cliquer ICI.

Pour lire l’éditorial d’Etienne Gernelle « Gaspard Koenig, un reporter d’idées sur les traces de l’intelligence artificielle » , cliquer ICI.

L’Assemblée générale du 25 avril

L’Assemblée générale ordinaire de GenerationLibre s’est tenue le jeudi 25 avril pour soumettre à l’approbation de nos membres les comptes de l’exercice comptable 2018 et le bilan moral et financier. Ces derniers ont été adoptés à 93 voix.

 

Le Commissaire aux comptes a décrit un exercice à l’équilibre, et observé que que les recettes avaient augmenté de 21 points. Notre think-tank se développe, et ne compte pas s’arrêter là. 

Une fois les différents documents approuvés, Gaspard est revenu sur les activités de 2018. De grands rapports sont sortis sur les data, la légalisation de la GPA, la création de prisons ouvertes, la légalisation du cannabis, l’objet social de l’entreprise et nous avons publié un second ouvrage dans notre collection aux PUF : “La famille par contrat”.  Les retombées médiatiques dont GenerationLibre bénéficie ne faiblissent pas (376 mentions dans la presse nationale notamment) et nous conduisent à être toujours davantage sollicité par les décideurs politiques. 

Les retombées médiatiques dont GenerationLibre bénéficie ne faiblissent pas.

Gaspard a rappelé la vocation de notre organisation : produire des propositions de politiques publiques concrètes qui répondent à des problématiques variées et précises, tout en dessinant une doctrine libérale plus matricielle. Un libéralisme rénové à l’heure d’enjeux inédits : dans la continuité de la patrimonalité sur les données personnelles, Gaspard investigue la question du libre arbitre à l’heure de l’intelligence artificielle, développe la notion de propriété de soi, et nos experts s’attaquent aux désordres environnementaux.

Un libéralisme rénové à l’heure d’enjeux inédits.

Avant quelques échanges avec nos membres, Maxime a esquissé les lignes des grands projets à venir pour 2019 : les déplacements en région initiés en 2018 et qui continueront à un rythme trimestriel, la sortie en mai d’un recueil de textes rédigés par des directeurs de think-tanks et intellectuels sur les bienfaits de l’Europe, la sortie de notre deuxième rapport sur la patrimonialité des données personnelles.

Merci à nos membres et donateurs qui nous permettent de faire avancer des idées originales dans le débat public. Sans eux, rien ne serait possible.


Consulter le Rapport moral et financier

Pour rejoindre l’aventure, cliquer ICI.

GenerationLibre attaque le fichier TES devant l’UE

Avez-vous déjà entendu parler du fichier TES (Titres Électroniques Sécurisés) ? Kim Bloch-Lazare vous explique tout, et pourquoi notre think-tank s’y oppose. Aujourd’hui, après avoir perdu devant le Conseil d’Etat, GenerationLibre saisit la justice européenne !

 

C’est un « mégafichier » qui recense dans un seul et même répertoire les données personnelles et biométriques de la population française. Ce dernier, né par décret en 2016, s’est développé depuis cette date.

A l’heure où les Etats occidentaux sont ciblés par des cyberattaques de grandes ampleurs, il est étonnant et paradoxal de choisir un fichier central pour traiter des données si sensibles. Ce fichier pose trois grands problèmes. D’abord, un problème de la sécurité doublé d’un problème de souveraineté. Comme le rappelle notre directeur, Maxime Sbaihi, ce mégafichier est déjà entre les mains d’une puissance étrangère, puisque le traitement des données a été confié à une entreprise américaine, Palantir Technologies, lancée en 2004 par la CIA et travaillant aussi pour le Pentagone.

Ce fichier pose trois grands problèmes.

Quant au dernier problème, il touche au droit à la vie privée puisque le fichier ne respecte pas le consentement. Il viole ainsi le Règlement général sur la protection des données (RGPD). L’Etat reproche ainsi aux GAFA ce que lui même s’autorise à faire.

Pour GenerationLibre, ce répertoire de données pourrait annoncer les prémices d’une société de surveillance, sur le modèle chinois, où empreintes biométriques et reconnaissance faciale sont largement utilisées par les pouvoirs publics. De ce fait, et pour éviter qu’un jour le monde dépeint par George Orwell dans 1984 ne devienne réalité et que l’individu n’ait plus de vie privée, GenerationLibre a déposé en 2016 un recours en excès de pouvoir contre l’État français devant le Conseil d’Etat pour demander l’annulation du décret.

Le traitement des données à caractère personnel devrait être conçu pour servir l’humanité.

Malheureusement, après deux ans d’attente, le Conseil d’Etat a estimé que la collecte massive et non consentie des données personnelles des Français était “en adéquation avec les finalités légitimes du traitement”. Pour le Conseil d’Etat, il s’agirait d’une “protection de l’ordre public”, ce qui veut dire que l’administration pourrait empiéter ouvertement sur nos libertés au prétexte qu’elle oeuvre à l’intérêt général et au maintien de l’ordre public.

Toutefois, en tant que défenseurs des libertés, nous sommes convaincus que les données personnelles relèvent des droits fondamentaux et que leur traitement ne doit pas servir tel ou tel intérêt commercial, ni un “ordre public érigé” en raison d’Etat.

Ne nous laissons pas bercer par une illusion de sécurité au détriment de nos libertés.

Après le rejet de notre recours devant le Conseil d’Etat, nous avons décidé de porter notre combat contre le fichier TES devant la Commission européenne pour faire valoir les droits fondamentaux de nos concitoyens protégés par le droit de l’Union européenne. Ne nous laissons pas bercer par une illusion de sécurité au détriment de nos libertés.


Pour lire le mémoire déposé par nos avocats devant la Commission européenne, cliquer ICI.

Pour lire l’article de Next INpact, cliquer ICI.

Pour relire la chronique de Maxime Sbaihi dans L’Opinion : « Mega-fichier, mega-danger » cliquer ICI.

Quand l’homme reprend le pouvoir sur les réseaux sociaux

Repris par une dépêche de l’AFP, notre expert Lucas Léger explique que le marché de la donnée existe, et que notre proposition de patrimonialité des données personnelles vise à intégrer tous les utilisateurs dans cette chaîne de valeur. Dans Challenges, Gaspard Koenig nous invite à nous discipliner sur les réseaux sociaux.

 

« Le marché de la donnée existe déjà. Nous, nous souhaitons que l’utilisateur soit impliqué », explique Lucas à l’AFP dans une dépêche qui rappelle le sondage d’Harris Poll selon lequel près de 40% des Français seraient prêts à vendre certaines de leurs données à des entreprises.

Depuis quelques années, le VRM, qui signifie « vendor relationship manager », recouvre de nouvelles transactions entre particuliers et plateformes : les clients décident quelles données ils échangent avec le vendeur. Aujourd’hui, de nombreux acteurs apparaissent ou se développent comme MyCO.Coop, Ogury ou Datum. En offrant des moyens technologiques pour sécuriser la donnée, ou en achetant carrément celle-ci, ces entreprises dessinent ce qui pourrait être un nouveau modèle juridique où l’utilisateur devient propriétaire de ses données comme il l’est de ses biens, à l’inverse du modèle anarchique qui s’est développé avec le boom des GAFA, dans lequel nous sommes dépossédés de la valeur que nous produisons à chaque clic.

Dans le magazine Challenges, Gaspard loue les vertus de la déconnexion numérique, et invite chacun à maîtriser son utilisation des réseaux sociaux.


Pour lire l’entretien de Gaspard Koenig « Macron devrait quitter Twitter » dans Challenges, cliquer ICI.

Pour lire l’article « Et si vous vendiez vos données personnelles ? », cliquer ICI.

Pour lire notre rapport, « Mes data sont à moi », cliquer ICI.

Numérique : GenerationLibre dans la Nièvre

A l’invitation des Jeunes avec Macron, Christophe Seltzer, community organizer pour le think-tank GenerationLibre, a débattu des grands enjeux du numérique avec Benoit Tabaka, directeur des affaires publiques de Google France, Perrine Goulet, députée de la Nièvre et Denis Thuriot, maire de Nevers.

 

Un bel évenement qui a réuni près de 70 personnes dans l’ancienne caserne de la ville aujourd’hui occupée par un incubateur de startups.

Christophe a expliqué l’incohérence de la « taxe GAFA » aujourd’hui défendue par la majorité présidentielle en France. Cette taxe sur les services numériques devrait porter sur le chiffre d’affaires des grandes plateformes du numérique, en incohérence avec la position défendue par la France devant l’OCDE : une taxation sur les bénéfices. Une taxe qui pourrait être portée très majoritairement par les consommateurs et les utilisateurs, en contradiction avec l’objectif politique visé, et dont l’assiette et la clé d’allocation seront très difficile à évaluer dans le domaine de la publicité numérique, avec des risques de taxation multiple. In fine, le contentieux généré pourrait ne pas rendre cette taxe profitable en termes de recettes fiscales.

S’agissant de la légitime lutte contre les propos haineux sur internet, Christophe a mis en garde contre les possibles atteintes à la liberté d’expression qui résulteraient des évolutions législatives à venir, en rappelant que les propos haineux ou diffamatoires sont déjà sanctionnés par le code pénal.

Enfin, afin de répondre véritablement à l’enjeu numérique au XXIème siècle, Christophe a défendu la proposition de notre think-tank : rendre propriétaire chacun de ses données personnelles. Alors que la portabilité des données consacrée par le RGPD constitue un début de propriété, et tandis que de nouvelles technologies comme la blockchain assurent un début de marché sécurisé, la patrimonialité des données personnelles peut s’imposer comme cadre juridique innovant. Une troisième voie entre le nationalisme chinois et le classique régime des droits et obligations.


Pour lire le compte-rendu de cet évenement publié par Le Journal du Centre, cliquer ICI.

Pour lire notre rapport sur la liberté d’expression, cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Mes data sont à moi » en faveur d’une patrimonialité des données personnelles, cliquer ICI.

 

#2 Descartes contre les robots – Les voyages de Gaspard dans l’IA

Dans son deuxième volet du voyage au cœur de l’intelligence artificielle, Gaspard Koenig nous initie au “sens commun”, un modèle de représentation du monde indépendant d’une tâche et capable de gérer l’incertitude, la nouveauté et l’imprévu. Il illustre, via des exemples aberrants, que l’Intelligence Artificielle (IA) ne dispose pas de ce “sens commun”.

 

Néanmoins, avec l’IA, c’est la question de l’avenir du travail qui est dans toutes les têtes. De ce fait, Gaspard s’interroge sur l’avenir des chauffeurs de camion lorsque les camions seront capables de s’auto piloter. Il montre ainsi que leur profession disparaîtra mais laissera place à de nombreuses fonctions impliquant tout autant de travail humain.

En outre, il introduit le “paradoxe de Polanyi” qui souligne le fait que l’humain sait davantage que ce qu’il peut exprimer, que ses activités quotidiennes impliquent une somme quasi infinie de connaissances non explicitées, de règles invisibles et de procédures instinctives. Dans ce sens, plus une tâche sera difficile à définir, moins elle pourra être prise en charge par un robot.

Pour contrer cette difficulté, les informaticiens pourront explorer 2 directions : simplifier l’environnement ou laisser la machine apprendre toute seule via “l’unsupervised learning”, une technique où l’algorithme est aussi peu dirigé que possible et déduit ses propres règles à partir de l’environnement auquel il est exposé. Toutefois, Gaspard explique que le meilleur algorithme aura toujours du mal à identifier une finalité.

Dans le cas de la radiologie, l’ordinateur sera meilleur pour trouver la cellule cancéreuse parmi des millions de cellules saines, mais l’humain sera plus à même à réagir à des circonstances singulières ou à émettre des hypothèses originales.

A l’inverse, une activité peu exigeante en sens commun est la manutention dans les ports spécialisés, d’où l’apparition de “ports intelligents” où toute la gestion est intégralement automatisée grâce aux capacités d’apprentissage de l’IA. L’automatisation, comme le démontre Gaspard, ne peut donc fonctionner que dans des espaces clos où l’ordinateur pourra avantageusement trouver les meilleurs combinaisons.

Partant de l’exemple des ports automatisés, il remarque que la menace n’est pas tant l’émergence de l’IA dans le monde réel que la transformation du monde réel pour accommoder celle-ci. En effet, il s’agit d’un choix social et politique, aucunement d’une fatalité technologique.


Pour lire l’épisode 2 « Éclairez-moi, Dr Langlotz ! » en intégralité dans Le Point cliquer ICI.

Pour lire l’épisode 1 « Le Turc mécanique » en intégralité dans Le Point cliquer ICI.

Pour lire l’éditorial d’Etienne Gernelle « Gaspard Koenig, un reporter d’idées sur les traces de l’intelligence artificielle« , cliquer ICI.

GL s’est installé à Lille !

Revenu universel, patrimonialité des données et réinvention du libéralisme : les 18, 19 et 20 mars, toute l’équipe de GenerationLibre était à Lille. Retour sur une excursion dans les Hauts-de-France entre deux conférences, un afterwork et des repas au maroilles, la participation au Grand Barouf Numérique et les rencontres d’entrepreneurs, personnalités politiques locales et associations engagées contre la pauvreté et pour l’insertion des migrants.

 

L’équipe à peine arrivée, Gaspard Koenig a débattu face à Michel Pouzol, ancien député de l’Essonne et membre de Generation.s, sur les fondements philosophiques et les modalités pratiques de mise en place du revenu universel, loin des pistes paramétriques aujourd’hui envisagées par le Gouvernement. Une discussion modérée par le mouvement des Jeunes Européens dans les murs de l’Institut catholique de Lille.

L’enjeu de la lutte contre la pauvreté a jalonné plusieurs de nos rencontres avec les associations ABEJ solidarité, le Secours Catholique et la pastorale des migrants : constat partagé sur la lourdeur administrative du RSA, qui n’est pas demandé par les personnes illettrées ou sans adresses, objectif d’étendre les forts réseaux de solidarité de la métropole (notamment l’église de la réconciliation qui aide 200 familles à accueillir des enfants migrants). Des acteurs associatifs très intéressés par notre proposition de revenu universel, et qui nous incitent aujourd’hui à réfléchir à l’amélioration des politiques publiques du logement, élément décisif dans la sortie de la pauvreté.

Mardi, Gaspard et Maxime Sbaihi, notre directeur, ont rencontré Xavier Bertrand, président de la région. Convaincu par la nécessité de décentraliser des compétences et la faculté de lever certains impôts aux régions, il s’est montré intéressé par la proposition de notre think-tank : donner l’autonomie fiscale aux collectivités territoriales. Intéressé par notre proposition de patrimonialité des données personnelles, un désaccord a en revanche été acté sur notre revenu universel.

A l’invitation de l’Arène de SciencesPo Lille, A vos bancs (Université catholique) et Pourparlers (SKEMA), Gaspard a donné une conférence de près de deux heures devant une centaine d’étudiants réunis à SciencesPo. Un moment de réflexion intense, alimenté par des questions et réponses de grande qualité. Un afterwork informel a suivi avec une trentaine de jeunes, et moins jeunes, de tous bords politiques, curieux ou convaincus du besoin de réinventer le libéralisme à notre époque.

Toute l’équipe a pu visiter le siège de Beck Industries, entreprise familiale dirigée par Karine Charbonnier, également vice-présidente de la région en charge de la formation. Des discussions passionnantes sur les difficultés et découragements rencontrés par les entrepreneurs qui créent de l’emploi, mais également les dommages créés par la dévalorisation culturelle des filières professionnelles dans l’enseignement secondaire depuis longtemps. Karine Charbonnier nous a également indiqué comment, en diminuant son budget à la région, elle était parvenue à améliorer la qualité du service rendu en termes de formation.

Avant de repartir, Gaspard a débattu face à la députée Paula Forteza pour le « Grand Barouf Numérique » organisé par Ouishare à la CCI de Lille. Pour sortir du servage numérique, l’homme doit aujourd’hui se battre pour être propriétaire de ses données numériques, a expliqué Gaspard.


Pour revoir le débat entre Michel Pouzol et Gaspard Koenig sur le revenu universel, sur la page Facebook de l’association A vos bancs, cliquer ICI.

Pour regarder l’entretien de Gaspard Koenig sur la chaine locale de télévision WEO, cliquer ICI.

Pour lire notre proposition de revenu universel, cliquer ICI.

Pour lire notre proposition de patrimonialité des données, cliquer ICI.

Pour lire notre proposition d’évolution de la fiscalité sur les entreprises « Libérer l’entreprise », cliquer ICI.

France Inter, France 2, etc. : notre nouvelle note fait l’actu !

Après la sortie, lundi 11 mars, de notre nouvelle note « Supprimer la réserve héréditaire« , couverte en exclusivité par Les Echos (ICI), nous avons eu la joie de la voir reprise en quelques jours sur France Inter (ICI), France2 (ICI), Forbes (ICI), Agefi (ICI) et BFM Business (ICI). 

 

[Update] La tribune de notre directeur Maxime Sbaihi dans Le Figaro (ICI), son entretien publié dans l’Obs (ICI), et la reprise par Droit et Patrimoine (ICI).

[Update 2] Notre note citée dans Le Figaro (ICI), et à présentée par notre expert Daniel Borrillo sur France Culture (ICI).


Pour lire notre note : « Supprimer la réserve héréditaire », cliquer ICI.

Pour nous aider à publier d’autres notes, cliquer ICI.

Les 18, 19 & 20 mars, GenerationLibre est à Lille !

Comme chaque trimestre, le think-tank GenerationLibre se délocalise quelques jours. Les 18, 19 & 20 mars, il prend ses quartiers à Lille pour participer à l’organisation de plusieurs événements ainsi que rencontrer des personnalités locales. Voici le programme ! 

 

Conférence-Débat / Quel revenu universel pour quelle justice fiscale ?

Michel Pouzol, ex député PS de l’Essone et membre de Génération.s, rencontre Gaspard Koenig

LUNDI 18 MARS

19h à 20h30

Université catholique de Lille, 60 boulevard Vauban

Pour s’inscrire, cliquer ICI

 

Conférence / Libéralisme avec Gaspard Koenig

MARDI 19 MARS

18h30 à 20h30

Sciences Po Lille, 9 rue Auguste Angellier

Pour s’inscrire, cliquer ICI 

 

L’Afterwork de GL à Lille

MARDI 19 MARS

20h30 à 22h

La Boulangerie Bar, 28 rue des Postes à Lille

Pour s’inscrire, cliquer ICI 

 

Le Grand Barouf Numérique 2019

Table ronde débat « Quel est le coût réel de vos données ? » : Gaspard Koenig et Paula Forteza

MERCREDI 20 MARS

14h30 à 15h15

CCI Grand Lille, 21 place du Théâtre

Pour s’inscrire, cliquer ICI

L’utilité sociale de l’entreprise en question

Après que le Sénat ait retoqué « l’objet social » de l’entreprise (lire ICI), le projet de loi PACTE devrait repasser en deuxième lecture à l’Assemblée Nationale. Dans Philonomist, Gaspard Koenig échange avec l’ancien PDG de Lafarge, Bertrand Collomb, sur leurs conceptions de l’entreprise et notamment sur sa « responsabilité sociale », notion équivoque (lire ICI).

 

Ce dialogue illustre la richesse du débat autour du rôle des entreprises. Quand Bertrand Collomb défend le paternalisme du XIXe siècle et attaque Milton Friedman, l’accusant d’être attiré par l’appât du gain, Gaspard Koenig reprend à son compte les arguments de l’économiste libéral pour défendre le libre marché : «  votre profit d’entreprise témoigne du rôle que vous avez dans la société. Si vous faites des bénéfices, c’est que vous lui êtes utile. ». GenerationLibre l’a illustré dans son rapport « Ne laissons pas le juge moraliser l’entreprise » (lire ICI) car même si une entreprise respecte la loi, toute la loi, elle pourra tout de même être condamnée pour « ne pas avoir pris en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité « , ce qui ouvre une grave brèche dans l’Etat de droit.

« Votre profit d’entreprise témoigne du rôle que vous avez dans la société. Si vous faites des bénéfices, c’est que vous lui êtes utile. » Gaspard Koenig

Les intentions morales que les législateurs et Bertrand Collomb défendent, aussi louables soient-elles, n’ont pas leur place dans le Code Civil. Gaspard Koenig, prenant l’exemple d’Uber, dit que « la fonction de l’entrepreneur est justement de débloquer des marchés de rentes, ce qui implique de se mettre en porte-à-faux vis-à-vis de la société » car « le visionnaire, celui qui fonde une grande industrie, est toujours en rupture avec la norme ambiante. » Se réfugier derrière l’éthique, déjà un mot aux contours flous, ne ferait que pénaliser toute tentative d’innovation et de progrès. Finalement, on peut tous décider de ce qui est éthique ou non ; pour cela, il faut libérer le marché, libérer l’entreprise et libérer l’économie.

« La fonction de l’entrepreneur est justement de débloquer des marchés de rentes, ce qui implique de se mettre en porte-à-faux vis-à-vis de la société. » Gaspard Koenig


Pour lire l’entretien « L’ex-PDG de Lafarge Bertrand Collomb dialogue avec Gaspard Koenig. L’entreprise doit-elle redevenir paternaliste ? », cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Ne laissons pas le juge moraliser l’entreprise », cliquer ICI.

Pour lire notre précédent billet d’actualité sur le sujet, cliquer ICI.