Nos actus

Libéralisons la mort

Libéralisons la mort

Dans sa chronique pour Les Echos, Gaspard Koenig fait l’éloge de « l’humusation », une technique funéraire écologique dont la légalisation nous permettrait un véritable choix de ce que l’on fait de son corps jusque dans la mort.

 

Bientôt autorisée dans certains Etats aux Etats-Unis, l’humusation est une technique funéraire qui « consiste à déposer la dépouille, enveloppée d’un simple linceul, dans un lit végétal composé de bois d’élagage et recouvert d’un mélange de paille et de feuilles mortes ». Avec le temps, le corps se transforme en compost et se reconnecte à la nature.

Convaincu par l’urgence et la nécessité de mettre en place des politiques publiques en faveur de l’environnement, Gaspard souligne ici les bénéfices écologiques de cette technique.

L’humusation permet d’intégrer un écosystème et de contribuer à l’équilibre général du milieu naturel.

Plus encore, à travers l’humusation aujourd’hui interdite, Gaspard soulève la question de la propriété de soi en France. Si les sociétés occidentales ont été fondées sur le principe de liberté, en réalité l’être humain ne dispose pas d’une liberté totale sur son corps.

Interdiction de porter un enfant pour autrui, interdiction du travail du sexe, interdiction de techniques funéraires, … : aujourd’hui, une multitude de pratiques ou de choix nous sont défendus, sans qu’ils ne soient de nature à porter préjudice à autrui.

La propriété de soi, de son corps vivant ou de son cadavre, reste à conquérir. Nous y travaillons.


Pour relire la chronique de Gaspard Koenig dans Les Echos « Je veux faire don de mon corps à l’écologie », cliquer ICI.

Pour relire l’article de Gaspard Koenig “Propriété de soi” dans la Revue des juristes de Sciences Po, cliquer ICI.

Toute l'actu
Debates
Videos
Charger + d'actu