Nos actus

Grandeur de Créon et misère d’Antigone

Grandeur de Créon et misère d’Antigone

Dans sa dernière chronique pour Les Echos, Gaspard Koenig fait l’éloge du compromis. Il souligne l’importance de savoir mettre de côté ses “principes” à l’ère des bulles cognitives et des réseaux sociaux.

 

Nous sommes peu enclins au compromis, que nous assimilons à la compromission, rappelle Gaspard. Antigone ancrée dans nos esprits, nous sommes séduits par le fait d’avoir des “principes”, quitte à se sacrifier pour les respecter.

Or, le compromis permet de suspendre le différend sans devoir le régler. Il permet de ne satisfaire personne mais d’autoriser chacun à poursuivre son chemin. De ce fait, Gaspard insiste sur l’impératif du compromis dans les sociétés ouvertes dans lesquelles nous vivons, où les valeurs sont de plus en plus hétérogènes. C’est en effet le compromis qui permet l’émergence de consensus politiques et l’acceptation de comportements divergents.

Gaspard termine son propos en souhaitant qu’il y ait à l’avenir moins d’Antigone et plus de Créon, roi de Thèbes qui incarne la volonté de vivre et de laisser vivre, quitte à s’asseoir sur ses principes.


Pour lire la chronique de Gaspard Koenig « Eloge du compromis » cliquer ICI.

Toute l'actu
Debates
Videos
Charger + d'actu