Nos actus

Casser le libre-échange bloquerait la transition écologique

Casser le libre-échange bloquerait la transition écologique

Après plus de vingt ans de négociations, un accord de libre-échange a été conclu entre les pays du Mercosur et ceux de l’Union Européenne. Dans L’Opinion, Maxime Sbaihi revient sur les bienfaits de cet accord pour l’économie et pour l’écologie.

 

Dans un contexte où plane le fantôme du protectionnisme, tout l’intérêt de cet accord commercial est de rappeler les bienfaits de la mondialisation, qui l’emporte largement sur des pertes sectorisées.

Le commerce international a permis de diviser par deux le nombre de pays pauvres depuis 2000 et de faire sortir plus d’un milliard de personnes de l’extrême pauvreté depuis 1990.

C’est d’abord une bonne nouvelle pour l’économie, puisque cet accord concerne 700 millions de personnes, soit un quart du PIB mondial. Les industriels européens et les entreprises agricoles du Mercosur auront accès à de nouveaux marchés, à de nouveaux clients privés et publics.

L’Europe a le pouvoir commercial, grâce à ses accords de libre-échange, de redessiner la mondialisation pour la rendre plus verte.

C’est une victoire pour l’écologie aussi : l’accord inclut le respect des accords de Paris sur le climat. L’Europe tire parti de son statut de premier marché mondial pour commencer à imposer une mondialisation plus verte et plus respectueuse de l’environnement.


Pour lire la chronique de Maxime Sbaihi « Libre-échange et écologie » cliquer ICI.

Toute l'actu
Debates
Videos
Charger + d'actu