Nos actus

Argentine : attention au vrai-faux populisme !

Argentine : attention au vrai-faux populisme !

Ce dimanche 27 octobre se tient l’élection présidentielle en Argentine. Maxime Sbaihi s’inquiète de voir le pays retomber dans un perpétuel état de crise.

 

L’Argentine, vaste territoire aux multiples visages, connait de nombreuses difficultés économiques, alors que son voisin chilien « brille de prospérité ». Pourtant, au XIXe siècle, l’Argentine faisait partie des pays le plus riches au monde et un bel avenir lui était promis. Or, aujourd’hui, il est cité parmi les pays émergents les plus vulnérables. Dans ce cas précis, on peut parler de contre-développement économique.

L’élection de Mauricio Macri, en 2015, avait suscité de l’espoir. La mise en place de son programme promettait une croissance et un regain d’intérêt des investisseurs étrangers pour l’Argentine. Des initiatives freinées par les faiblesses structurelles de l’économie et qui se sont soldées par un rappel du FMI en 2018. Pour Maxime, Macri a payé les années de politique clientéliste et corrompue menée par la péroniste Cristina Fernandez de Kirchner.

« Ce socialisme sud-américain, vrai-faux populisme de gauche, devra un jour rendre des comptes pour les larges promesses qu’il ne parvient jamais à tenir une fois au pouvoir. »

Poursuivie pour corruption dans quatre procès, mais aussi principale concurrente de Macri dans cette élection, Cristina Kirchner pourrait revenir au pouvoir, s’inquiète Maxime. Un possible retour qualifié de « retour à la barbarie » par l’écrivain Mario Vargas Llosa.

Il revient donc au peuple argentin de choisir entre « céder aux mauvaises sirènes du passé » ou « persévérer sur le long chemin de la rédemption ».


Pour lire la chronique de Maxime Sbaihi dans L’Opinion « Le choix de l’Argentine », cliquer ICI.

Toute l'actu
Debates
Videos
Charger + d'actu