L'anti-libéralisme des extrêmes

L'anti-libéralisme des extrêmes
L’anti-libéralisme des extrêmes
mm

GenerationLibre

Publié le 04.01.2017

En queue de peloton, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon obtiennent tous deux les moins bons scores de notre baromètre des programmes présidentiels. Affichant un score global de 22% et 29% respectivement, les deux candidats des extrêmes se rejoignent à travers leur vision protectionniste et dirigiste de la France pour 2017.

 

Le retour des frontières et du Plan

Sans beaucoup de surprise, le protectionnisme se trouve au cœur des programmes du Front National comme du Parti de Gauche qui rejettent tous deux libre-échange et intégration européenne.

Le FN souhaite le retour aux monnaies nationales, la fin de la primauté du droit européen sur le droit national et défend l’instauration d’une loi « Achetons français » et de quotas d’importation pour limiter la concurrence internationale. Le Parti de Gauche souhaite, de son côté, s’affranchir du traité de Lisbonne, refuse les traités TAFTA et CETA et prône la « souveraineté alimentaire » du pays.

Un protectionnisme qui se décline, chez le FN, également sur le plan culturel avec la défense de l’ « exception culturelle », le maintien du prix unique du livre et le renforcement de la loi dite Toubon. La même volonté interventionniste se retrouve dans le programme du Parti de Gauche qui souhaite l’instauration d’un service public de l’information et de la culture.

Le programme du FN marque, par ailleurs, le retour assumé du planisme avec le lancement d’ « une Planification Stratégique de la Réindustralisation » directement rattachée au Premier Ministre. Une planification reprise sur plan énergétique par le Parti de Gauche avec un objectif de renationalisation d’Engie et EDF.

 

Une logique dirigiste et autoritaire

Zéro pointé pour les deux partis dans la catégorie Droit du travail. Renouant avec la logique de la « priorité nationale », Marine Le Pen souhaite contraindre Pôle Emploi par la loi à proposer, à compétences égales, les emplois disponibles aux demandeurs d'emploi français. Réunissant tous les éléments du dirigisme, Jean-Luc Mélenchon prévoit, entre autres, l’instauration d’un salaire maximum, l’introduction de quotas maximales d’intérimaires et de CDD et l’interdiction des licenciements boursiers.

Zéro pointé également dans la catégorie Finances publiques où FN et PG partagent la même logique : nationaliser les banques et permettre le rachat de dette par la banque centrale.

Sur les questions de justice, santé, et laïcité, le FN se distingue par son approche autoritaire : augmentation du nombre de places en prison (quand le PG défend le développement de peines alternatives), création d’une carte vitale biométrique pour combattre la fraude sociale, défense d’une laïcité ferme avec notamment l’interdiction du port de toute marque religieuse ostentatoire dans l'espace public.

 

Quelques exceptions notables

Nous avons, malgré tout, noté ici et là quelques idées libérales justifiant les scores supérieurs à 10% des candidats. Par catégories :

  • Société : Jean-Luc Mélenchon se démarque particulièrement. Favorable à la PMA pour les couples de même sexe, à la légalisation du cannabis et au droit fondamental à disposer de soi, il obtient 70% dans notre baromètre.
  • Institutions : le PG défend le droit pour les citoyens de révoquer un élu, la suppression du Sénat et du CESE au profit d’une « Assemblée de l’intervention populaire », la mise en place de la proportionnelle à toutes les élections, rejoint par le FN sur ce point.
  • Dialogue social : le FN prône la suppression du monopole de représentativité.
  • Sécurité sociale : le PG propose de donner la liberté aux indépendants de s'affilier au régime général de la Sécurité Sociale plutôt qu'au Régime Social des indépendants.
  • Numérique : le FN obtient le plus de points sur les questions liées au numérique pour sa défense de la liberté d'expression sur Internet contre toute tentative (HADOPI, LOPPSI 2, Traité ACTA) visant à la restreindre.
  • Immigration : Jean-Luc Mélenchon se distingue en voulant réaffirmer le droit d’asile et refonder la politique européenne de contrôle des frontières extérieures.
  • Sécurité : le PG refuse la logique d'exception et souhaite réaffirmer l'Etat de droit en mettant fin à l'Etat d'urgence à répétition.

Consulter notre Baromètre

 

Articles liés

Close