Nos actus

On demande trop et trop peu à l’Europe !

On demande trop et trop peu à l’Europe !

Pour Gaspard Koenig, on demande à la fois trop à l’Europe et pas assez. Pour mettre fin aux Etats nations, mais sans exiger de patriotisme européen, Gaspard propose de recentrer l’Europe sur l’idée d’un « patriotisme constitutionnel » : un cadre de droit froid mais salutaire.

 

Les gilets jaunes lancent une liste aux élections électorales.  Quel est pour autant leur projet européen ? Leurs revendications franco-françaises ne s’exportent pas au-delà des frontières et les fausses rumeurs sur la cessation de l’Alsace-Lorraine montre bien la défiance de certains envers tout projet transnational.

A l’opposé, Bernard-Henri Lévy sillonnera bientôt l’Europe pour jouer sa pièce « Looking for Europe ». Lui et d’autres intellectuels partent en guerre contre le nationalisme destructeur. On assiste là à un schisme à potentiel explosif : d’un côté un peuple en gilet jaune campant sur son Hexagone, de l’autre une élite lettrée tâchant de faire émerger une culture européenne.

N’est-il pas temps de détacher l’Etat de la nation, en adhérant froidement à l’Europe comme à un cadre de droit, mais sans exiger de « patriotisme européen » ?

La solution se trouve entre les deux. Et si nous pensions le projet européen rationnellement et non passionnellement ? N’est-il pas temps de détacher l’Etat de la nation, de penser l’Europe comme un cadre de droit sans exiger de chacun un patriotisme européen ?


Pour lire la chronique de Gaspard Koenig dans Les Echos « Faisons de l’Europe un projet de raison, non de passion » , cliquer ICI.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Tribunes
Videos
Charger + d'actu