Nos actus

La multiplication des lois opprime les plus faibles

La multiplication des lois opprime les plus faibles

Au regard de la notion d’abus de droit, Gaspard Koenig dénonce l’inflation législative qui aboutit à l’absurdité de pénaliser quelqu’un pour trop bien suivre la loi (lire ICI). Phénomène auquel GenerationLibre a répondu en 2017 par sa publication « Pour une révolution normative » signée Jean-Ludovic Silicani, et qui propose une méthode de simplification de la loi (lire ICI).

 

Il faut respecter la loi. Mais pas trop. Trop la respecter, c’est un abus de droit. Aujourd’hui, l’Etat de droit français, par ses niches et ses exceptions, peut à tendre à favoriser le plus riche aux dépens du plus pauvre. La loi peut parfois opprimer celui qui ne peut se payer un bon avocat.

« Entre le fort et le faible, c’est la multiplication des lois qui opprime, et la simplicité qui égalise. » Gaspard Koenig

Mille-feuille branlant, notre système judiciaire peine à lutter contre l’injustice. Contre-intuitif, la mode est plus à rajouter des lois qu’à simplifier celles qui existent, parfois hors d’âge. Faire grossir un obèse ne l’a pourtant jamais guéri. A quoi bon discuter d’élections et de programmes quand le socle de nos institutions s’effondre sous nos pieds ?


Pour lire la chronique de Gaspard Koenig « N’abusons pas de l’abus de droit ! », cliquer ICI.

Pour relire notre rapport signé Jean-Ludovic Silicani « Pour une révolution normative », cliquer ICI.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Tribunes
Videos
Charger + d'actu