Nos actus

Droit de propriété : une mise à jour est disponible – La DDHC au XXIème siècle

Droit de propriété : une mise à jour est disponible – La DDHC au XXIème siècle

Battant en brèche la remise en cause du droit de propriété au nom de l’égalité ou du marché, Gaspard Koenig prône son extension pour garantir la protection des données personnelles.

 

Gaspard rappelle que le droit de propriété marque la fin du servage et l’émancipation de l’homme en tant qu’individu libre, capable de choisir son destin par la commercialisation des fruits de son travail et de ses terres. Le droit de propriété a ainsi été érigé au rang de sacré.

« Seul le propriétaire peut véritablement résister aux injonctions venues d’une instance centrale. »

Comme le soulignait Proudhon, le droit de propriété permet à l’homme de s’émanciper de l’Etat en ayant lui-même la souveraineté sur « une portion de matière ». Une souveraineté qui permet à chacun d’user de sa propriété, de la faire fructifier ou de ne rien en faire.

« Nous devons résister aux assauts contemporains contre la propriété, nouvelle forme de populisme intellectuel. »

Gaspard dénonce la spoliation de nos données personnelles par beacoup de plateformes sur Internet. Il nous faut résister à ces attaques contre le droit de propriété que notre siècle, marqué par l’intelligence artificielle, favorise.

Le droit de propriété, s’il était étendu aux données personnelles, permettrait aux yeux de Gaspard de rendre à l’individu sa souveraineté sur ses propres données afin de les commercialiser ou de les conserver. Cette extension correspond à notre proposition de patrimonialité des données personnelles.


Pour lire la chronique de Gaspard, cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Mes Data sont à moi. », cliquer ICI.

Pour lire notre rapport « Aux Data, citoyens ! », cliquer ICI.

 

Publié le 28/10/2020.

Toute l'actu
Débats
Dossiers
Podcast
Presse
Rencontres
Tribunes
Videos
Charger + d'actu

S'inscrire à la Newsletter