Nos actus

L’Europe franchit un nouveau cap

L’Europe franchit un nouveau cap

Pour la première fois de son histoire, l’Union européenne se dote d’un budget financé par un emprunt commun. Pour Maxime Sbaihi, interviewé dans Le Figaro, ce plan de relance, inenvisageable il y a 6 mois, est historique.

 

Pour Maxime, même s’il n y a pas de mutualisation des dettes nationales et que l’emprunt commun est limité en taille et dans le temps, c’est un « petit pied dans la porte du fédéralisme ».

De plus, cet emprunt est tout ce qu’il y a de plus démocratique : obtenu à l’unanimité par les chefs d’États, il doit être ratifié par les parlements nationaux et doit passer devant le parlement européen.

« La construction européenne a toujours avancé par les crises, non pas à cause d’elles mais grâce à elles, par la force des effets de synergie et parce qu’elle est l’échelle d’action la plus puissante. » Maxime Sbaihi

Si ce plan de relance n’est pas la panacée, c’est une impulsion budgétaire qui devrait aider à relancer les économies nationales tout en limitant les dégâts économiques de la crise sanitaire.

Mais l’Europe souffre toujours d’un véritable problème de coordination entre la politique monétaire commune et les politiques budgétaires qui sont gérées au niveau national.

« Face à la crise, le pragmatisme a prévalu et les lignes ont bougé très vite, notamment du côté allemand. » Maxime Sbaihi

Pour Maxime, si les 27 pays ont signé les accords, c’est qu’ils y trouvaient tous un intérêt. Certaines concessions ont été obtenues grâce à des « gestes » envers certains pays (rabais pour certains, allocation du budget pour d’autres). Par exemple, la France a obtenu une belle enveloppe pour la son agriculture avec la PAC.


Pour lire l’entretien avec Maxime, cliquer ICI.

Pour lire l’article « L’Europe a rendez-vous avec l’Histoire », cliquer ICI.

Pour lire le rapport « Europa : dépasser le nationalisme », cliquer ICI.

 

Publié le 22/07/2020.
Toute l'actu
Debates
Videos
Charger + d'actu

Suscribe to our newsletter